lamétéo.info
Actualités

« Je connais mes devoirs »: Au Bénin, l’ONG “Demeure d’amour” pose des actes dans des écoles primaires pour les droits de l’homme

Partager

Au Bénin, une organisation non gouvernementale sensibilise les élèves et enseignants sur leurs devoirs en initiant des activités. L’objectif, c’est de faire respecter les droits des enfants, de la femme, en un mot, les droits humains.

Faut-il défendre les droits des enfants, des femmes ou des hommes tout court sans apprendre au préalable aux enfants, leurs devoirs ? La réponse, c’est non ! Selon l’ONG Demeure d’amour, tout part d’abord de l’accomplissement des devoirs. C’est pour cela qu’elle développe un programme en faveur des apprenants en deux étapes. Cinq écoles primaires publiques des départements de l’Atlantique et du Littoral sont donc choisis pour la mise en application.

Suivre ici un extrait audio des échanges entre la directrice exécutive de Demeure d’amour et les apprenants de l’école primaire publique de Djidjè à Cotonou sur le bien fondé du concours “ Je connais mes devoirs ”

Vendredi 28 octobre dernier, l’école primaire publique de Djidjè à Cotonou, dans le département du littoral a servi de cadre au lancement du jeu concours “ Je connais mes devoirs ”, qui constitue la deuxième étape d’un programme démarré l’an dernier par l’ONG “Demeure d’amour.”

Au lieu de parler des droits de l’enfant, cette organisation a plutôt mis l’accent sur les devoirs de l’enfant. « On a constaté que depuis qu’on fait les formations pour éduquer les enfants et les grandes personnes, aux droits de l’homme, ces droits sont toujours violés. Donc, nous nous sommes dits comment faire pour tuer le mal à la racine ? », a d’abord fait observer Marina Dossou, directrice exécutive de cette organisation née en 2018 qui vient également au secours des veuves, des orphelins et des personnes en difficulté. « Notre solution, c’est que dès le bas âge, on va vous apprendre à connaître vos devoirs. Parce qu’ en Afrique, le devoir a une valeur capitale. Or en faisant ses devoirs, spontanément, on respecte les droits de l’homme. », a-t-elle soutenu face aux écoliers de l’école primaire publique de Djidjè, les bras chargés de don de fournitures scolaires, destinées aux trois meilleurs apprenants issus des résultats de fin d’année de chaque groupe pédagogique de ladite école.

Marina Dossou, directrice exécutive de Demeure d’amour remettant des fournitures scolaires à l’un des meilleurs élèves

Ce sont d’ailleurs ces meilleurs apprenants qui vont à travers le chant, la poésie, le conte et le dessin, faire passer des messages centrés sur les devoirs des enfants.
Connaître ses devoirs, le bien fondé de l’accomplissement de ses devoirs et enfin le lien entre le respect des droits de l’homme et l’accompagnement de ses devoirs. Voilà l’objectif spécifique de ce jeu concours lancé après l’étape de la sensibilisation sur leurs devoirs, durant l’année scolaire précédente.

Prenant la parole, la présidente de Demeure d’amour, Colombe Sacramento épouse Dossou, a appelé les apprenants et le corps enseignant à toujours œuvrer pour l’enracinement du respect des droits de l’enfant en passant l’accomplissement effectif de leurs devoirs.

La présidente de Demeure d’amour, Colombe Sacramento épouse Dossou lance le concours

Reconnaissants, les enseignants, par la voix de leurs directeurs et des apprenants ont remercié les responsables de cette organisation pour l’œuvre utile accomplie. Ils se sont engagés pour remporter le prix de la meilleure école à ce jeu concours dont les résultats sont attendus pour le 20 janvier 2023.

L’un des directeurs de l’école remerciant l’Ong Demeure d’amour

Quant aux responsables de Demeure d’amour, ils se sont dirigés dans les quatre autres écoles pour le même exercice telle que, l’école primaire d’Akassato, d’Anavié, de Zè et autres.

Didier ZINSOU

Partager

Articles similaires

JIF 2023 au Bénin : les femmes du ministère des Finances posent un acte au CNHU et au CHU-MEL

Venance TONONGBE

Office du Baccalauréat du Bénin: Le Conseil d’administration s’installe

Raoul HOUNTONDJI

Levée des sanctions de la CEDEAO, réactions mitigées des Nigériens à Cotonou : “C’est l’AES qui s’en est sortie plus forte”

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page