lamétéo.info
Actualités

Au Bénin, voici pourquoi des filles porteraient des tenues “ provocantes” et ce que les parents doivent faire selon Me Huguette Bokpè Gnacadja de l’INF

Partager

Savez-vous pourquoi au Bénin, certaines jeunes filles s’habillent de manière provocante en exhibant certaines parties sensibles de leur corps ? Eh bien, la secrétaire exécutive de l’Institut national de la femme (INF) a une idée et livre des conseils aux parents.

Invitée de l’émission Version originale de la chaîne de télévision privée TVC ce dimanche 30 octobre 2022, Me Huguette Bokpè Gnacadja, secrétaire exécutive de INF s’est prononcée sur le comportement vestimentaire de certaines jeunes filles jugé provocant par certaines opinions.

LIRE AUSSI : Recrudescence des cas de viols à Abomey-Calavi : l’INF prend des mesures

« Combien de fois nous disons à nos enfants, à nos filles, ” Tu es formidable, tu es merveilleuse? ” Combien de fois, on les aide à se sentir comme étant quelqu’un qui n’a pas besoin de porter une robe courte pour savoir qu’elle est appréciée et que son intelligence est la chose la plus merveilleuse qu’elle possède ? Combien de fois, on dit à nos enfants des choses qui leur donnent le sentiment que je n’ai pas besoin de m’exhiber ?» Voici là, une série d’interrogations de Me Huguette Bokpè Gnacadja qui révèle non seulement les raisons qui poussent certaines jeunes filles à s’exhiber à travers leur tenue vestimentaire mais aussi et surtout le rôle des parents pour aider leurs enfants à avoir un comportement vestimentaire responsable.

En effet, pour la secrétaire exécutive de l’INF, certaines sont en quête de modèles de gens qui sont appréciés sur les réseaux sociaux et ailleurs mais qui portent des tenues non exemplaires. Il revient donc aux parents de communiquer avec leurs enfants en les rassurant qu’elles ont de la valeur aux yeux de tous sans toutefois s’exhiber sur le plan vestimentaire.

Pas de circonstances atténuantes aux violeurs

Mais attention, Me Huguette Bokpè Gnacadja reste opposée au postulat selon lequel c’est parce que des filles s’habillent de façon dépravée qu’elles sont parfois victimes de viols. « Vous n’avez pas entendu qu’il y a des religieuses qui commencent à se plaindre? Nous suivons les informations. Je ne parle même pas des religieuses africaines mais des religieuses de pays démocratiques.», souligne l’avocate. Et de poursuivre : « Qui a dit que le fait de porter une Djellaba jusqu’aux pieds, de se voiler et de ne même pas montrer les yeux, ne va réveiller la libido de quelqu’un s’il ne maîtrise pas sa libido ?»
Pas donc de circonstances atténuantes pour les présumés violeurs.

Raïssa NOUGBODOHOUE

Partager

Articles similaires

CEDEAO : Le Ministre béninois des Affaires étrangères souligne un point crucial entre le Conseil de l’Entente et l’AES du Niger, Mali et Burkina

Venance TONONGBE

Conseil électoral Bénin : Une femme pour remplacer Boukari Adam Soulé, souhaite Talon

Venance TONONGBE

Mode : Du 100% tissu béninois, du 100% Kanvo, du 100% Lolo Andoche, le film de l’ouverture d’un showroom à Cotonou

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page