lamétéo.info
Société

Soutenance de thèse à l’Université Joseph Ki-Zerbo : Lucien Batcho examine la socio-économie de la presse privée béninoise

Mention “très honorable” pour le désormais docteur Lucien Dognon Batcho pour avoir étudié la viable et rentable de la presse privée dans un contexte socio-économique béninois. L’approche socio-économique de cinq organes de presse privée du Bénin à savoir Le Matinal, Fraternité , la Nouvelle Tribune, L’Autre Quotidien et L’Evènement précis étaient en étude ce mardi 22 octobre 2019, dans le cadre de sa soutenance de la thèse de doctorat unique en sciences de l’information et de la communication à l’Institut panafricain d’étude et de recherche sur les médias, l’information et la communication (IPERMIC) de l’université Joseph Ki-Zerbo.

À partir du sujet « Approche socio-économique de la presse privée béninoise : Problématique de la rentabilité et de la viabilité », l’impétrant s’est évertuée à appréhender les conditions de viabilité et de rentabilité de la presse privée au Bénin. Pour Lucien Batcho, cette préoccupation se justifie par un contexte économique et social marqué par le développement des médias audiovisuels et des supports d’information en ligne. Le travail s’est focalisé sur les cinq organes de presse privés les plus connus et lus du paysage médiatique béninois. Ce sont Le Matinal (1997), Fraternité (1999), La Nouvelle Tribune (2001), L’Autre Quotidien (2004) et L’Evénement Précis (2006). L’approche méthodologique adoptée a consisté en une revue documentaire suivie d’investigation de terrain auprès des différents acteurs. Elle a permis, dans un premier temps, de comprendre les conditions de création, de travail et de gestion de ces entités, puis, dans un second temps, de dégager les sources de financement, les recettes et dépenses et d’apprécier les conditions de leur rentabilité et de leur viabilité.

Constat sur la presse privée du Bénin 

Présentés un jury composé de Dr Jean Euloge (membre) de l’université d’Abomey – Calavi du Bénin, Dr Firmin Gouba (rapporteur) et Dr Florent Song-Naba (membre) de l’université Joseph Ki-Zerbo, les résultats du travail ont permis de tirer quelques conclusions. En effet, selon Batcho, l’environnement socio-politique et économique de production et de consommation des journaux même s’il freine l’émergence d’entreprises de presse viables et prospères est favorable à la rentabilité des entités. Si l’objectif premier des promoteurs n’est pas la rentabilité financière, il apparait que le choix des responsables oblige à maintenir en vie les organes, d’où les efforts de ces derniers à assurer leur survie. La viabilité quant à elle ne pourrait intervenir que suite à des efforts conjugués de toutes les parties. Et pour cela, le mode de création, la politique éditoriale et commerciale, les conditions de travail et de gestion, voire de management sont à repenser, suggère Lucien Dognon Batcho. Et pour finir, il soutient que l’évolution des habitudes de consommation favorisée par les progrès technologiques commande une meilleure organisation du marché publicitaire et une adaptation des contenus pour attirer et fidéliser les annonceurs, grands pourvoyeurs de recettes. Le tout soutenu par une meilleure gouvernance des entreprises de presse pour l’amélioration des prestations des journalistes.

Qui est Lucien Batcho ?

Dr Lucien Dognon Batcho

Après son succès au BAC en 2004, Lucien Dognon BATCHO s’oriente vers les Sciences du Langage et d e la communication (DSLC) à la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de l’Université d’Abomey Calavi au Bénin. Passionné des médias, il s’oriente en Licence en Information et Communication. Parallèlement, il s’initie au journalisme à Radio Univers et Le Héraut, deux organes pionnier dans la formation des acteurs de la plume et de micro du Bénin. Après quatre années de formation au DSLC, il soutient en 2010, une maîtrise en Information et Communication dont le Thème est Les zémijan, vecteur de communication sociale : cas de la campagne ‘’Toutes les filles à l’école de l’Unicef’’ Bénin dans la commune de Zè avec la Mention Bien. Guidé par le souci d’approfondir ses connaissances et par un concours de circonstance, il se retrouve au Burkina Faso en 2011. Après trois mois de formation, il sort major de sa promotion et obtient un stage d’un an dans la fondation Les Bâtisseurs du Monde. Décidé à poursuivre ses études, il s’inscrit pour le Master Recherche à l’IPERMIC. Grâce à ses expériences, il est autorisé à continuer en Master II. C’est ainsi qu’il démontre ses aptitudes et compétences et soutient son master en moins de deux ans sur le thème La radio communautaire Ilèma et le développement local dans les communes de Dassa-Zoumé et de Glazoué au Bénin. C’était en juillet 2013 avec la mention Très Bien. Encouragé par cette performance, il se lance dans les études doctorales. Repéré par certains enseignants, il bénéficiera de leur confiance. Ces derniers lui confieront, dès la deuxième année de thèse des cours. Aujourd’hui, il assure des cours de niveau Licence et Master dans de nombreuses universités publiques et privées du Burkina Faso. Journaliste et communicateur, il est aussi formateur et consultant indépendant pour plusieurs organismes. A ce titre, il collabore avec plusieurs cabinets conseil en communication. En matière d’entrepreneuriat, il bénéficie d’une somme d’expériences autant dans la formation que l’accompagnement. Modeste et discipliné, c’est avec fierté que la communauté scientifique l’accepte et lui ouvre ses portes. Son travail a porté sur Approche socio-économique de la presse privée béninoise : Problématique de la rentabilité et de la viabilité. 

Related posts

Bénin. Mode: Lolo Andoche lance “Unik 2.1”, la nouvelle collection du mois de l’amour

Venance TONONGBE

Bénin : Appel à projet premier Clap Pro ou opportunité pour réaliser son premier film professionnel lancé

Venance TONONGBE

Déception amoureuse: une femme tue son mari et prépare un plat avec sa dépouille

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire