lamétéo.info
Actualités

Législatives2019 au Bénin : pourquoi Fcbe et Usl ont été écartées

Partager

Le Ministère de l’intérieur béninois a rejeté les dossiers de certains partis politiques dont les Forces cauris pour un Bénin émergeant (Fcbe) et l’Union sociale libérale (Usl) déposés afin d’obtenir le récépissé provisoire, pièce maîtresse dans la constitution des dossiers de candidature aux élections législatives du 28 avril 2019.

La majorité représentative des partis de l’opposition n’ira visiblement pas aux élections législatives prochaines. C’est par courriers en date de 20 février 2019, signé par le Ministre de l’Intérieur que l’avis de non conformité à la nouvelle charte des partis politiques a été notifié aux partis Fcbe et Usl. Or, la Commission électorale nationale automne (Cena) a lancé ce 21 février, le dépôt des candidatures qui prendra fin le 26 du même mois.
Les deux formations politiques de l’opposition ont été recalés au motif de non respect des textes de la République ou de leurs propres statuts et règlements intérieurs.

Yayi en bleu et Ajavon, respectivement responsables des partis Fcbe et Usl

Ainsi, pour les Fcbe, le ministre de l’Intérieur a énuméré, dans un courrier, les motifs de rejet : en l’occurence, la non signature des statuts et règlement intérieur figurant au dossier du parti par les membres fondateurs et mandataires et la non conformité entre la liste des membres fondateurs produite dans le dossier et celle déposée à la création du parti Fcbe.
Du côté de l’Usl, le ministère lui se fondant l’article 13 alinéa 1-4 de la loi N°2018-23 du 17 Septembre 2018, indique que le parti doit changer de sur Président d’honneur ( Sébastien Ajavon, sous le coup d’une condamnation dans une affaire de trafic de drogue et exilé en France). Aussi, il est reproché à l’Usl d’avoir violé l’article 7 de son propre règlement intérieur qui stipule que le nombre de membres fondateurs devraient être fixé avant son premier congrès. Or c’est au congrès que le parti a décidé de changer le nombre de membres fondateurs par commune.

Voyant le danger venir, l’opposition au pouvoir de Talon a fusionné dans un collectif de partis, lesquels s’étaient réunis en conférence de presse, à trois jours de l’ouverture des déclarations de candidature. Dans une déclaration portée par Candide Azannai, membre de l’opposition, elle  exige la relecture du code électoral. Car selon elle, « l’atmosphère politique préélectorale actuelle est infectée par l’inexistence légale de la quasi-totalité des partis politiques. L’impossibilité aux partis politiques à prendre part aux prochaines élections législatives, la persécution fiscale des potentiels candidats, les flous qui obscurcissent le code électoral et qui exposent plusieurs des dispositions de son système comme un régime d’exclusion et d’injustice à conséquence imprévisible ».

Venance Tonongbé


Partager

Articles similaires

Violences pré-électorales : Le corps diplomatique accrédité au Bénin rend visite aux soldats hospitalisés

Venance TONONGBE

Dubaï porta portty: Derrière le faste, la fange des pétro-dollars !

Venance TONONGBE

Reckya Madougou en prison : Martin Assogba exhorte à faire confiance à la justice béninoise

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page