lamétéo.info
Chronique

Gilets Jaunes et mutation françafricaine

Un lien, pas très lointain, entre le mal-vivre français exprimé par les Gilets Jaunes, se situe en 1983, lorsque, après deux ans de pouvoir, le Président des classes moyennes et populaires fut contraint de prendre le ‘‘tournant de la rigueur’’, contraint d’adopter une politique économique classique, mâtinée d’austérité. Dix ans plus tard, en 1994, Mitterrand était encore Président lorsque le Premier Ministre de cohabitation convoqua les chefs d’Etat françafricains à Dakar et envoya une secrétaire leur dire que le franc CFA venait de perdre 50% de sa valeur. Décision française qui permettait à Balladur d’acheter les matières premières françafricaines à des prix indécents pour pouvoir atténuer quelque peu l’austérité génératrice de pauvreté française. La France, qui bat monnaie à Chamalières pour une quinzaine de pays africains, a bien le droit de s’en servir pour souffrir un peu moins. C’est sa monnaie, après tout. S’il y a des restes, elle les jettera sur les pays qui lui sont assujettis.

Gilets jaunes en colère.

L’assujettissement prend date entre 1936 et 1945, quand fut conçue par la France la zone franc et fut créée la Françafrique dans la même foulée. Monnaie coloniale à cette époque, le franc CFA fonctionne encore en 2018 comme monnaie coloniale, c’est-à-dire au bénéfice d’abord de la France, qui tire les cordons de la bourse françafricaine. On sait que le pactole engrangé par le trésor français au titre de la monnaie franco-africaine n’est pas officiellement budgétisé. C’est qu’il fait office de rabiot conséquent et permanent que tout gouvernement français utilise à souhait, pour permettre à la France de faire bonne figure au milieu des nations européennes, afin de ne pas dégringoler au 20ème rang des puissances mondiales, comme le lui a prédit Nicolas Sarkozy si elle se risquait à laisser les pays françafricains battre monnaie. L’Allemagne n’a pas de telles vaches à lait. Aussi, Jean-Luc Mélenchon érigera-t-il sa 6ème République sans démanteler ni le CFA ni la Françafrique.

Zone franc Cfa

Un lien prochain, évident, entre le mal-vivre français et la Françafrique, ce sont les mesures d’urgence de l’Elysée pour étancher la soif de justice des Gilets Jaunes. Le président Macron ne peut plus charger la barque fiscale. Or il doit financer le surplus budgétaire non prévu. La solution Balladur ? A vue françafricaine, une nouvelle dévaluation du franc CFA est possible. Le cas échéant, le diktat passera, mais cassera, car 2019 n’est pas 1994. Les peuples africains refuseront de tomber de paupérisation en paupérisation, ils refuseront qu’on les renvoie à la casse. Révolte. Révolution. Nés en France, où ils ont massacré les symboles les plus sacrés, les Gilets Jaunes ont essaimé en Allemagne et en Belgique. Les écouter donc, pour les retenir d’essaimer plus loin, ‘‘tirant Ancêtres et génies par leur barbe paisible’’.

Dans son ouvrage, ‘‘Le devenir du franc CFA’’ (1999), l’économiste béninois, Claude d’Almeida, écrit : ‘‘Le parcours de l’histoire nous a fondé à dire que les mécanismes de la zone franc retardent l’ajustement économique et monétaire des économies des pays africains, membres de cette zone, à la nouvelle donne mondiale. En cela, ces mécanismes retardent également l’insertion profitable de ces pays dans l’économie mondiale’’ (p. 220).Or les pays de la Françafrique aspirent à être présents au monde à part entière avec la France. Si donc ‘‘il y a une affaire en train dans l’Univers’’ pour la prochaine décennie, c’est la mort nécessaire du franc CFA, entraînant une profonde mutation de la Françafrique. Et puisqu’on sait que ça va casser, autant aller à la casse de façon concertée et méthodique. Le travail de cette nouvelle naissance fera souffrir la France et ses vaches. Mais il est certain qu’elles y gagneront en sincérité et vérité. Et le vaste pré France-Afrique aura ainsi contribué au progrès de l’homme. Il faut donc entendre maintenant les Gilets Jaunes françafricains avant même qu’ils ne s’expriment. La justice et l’égalité pour tous, c’est maintenant !

Roger Gbégnonvi

Related posts

Chronique: Comment le Bénin cesse d‘être une terre humaine

Venance TONONGBE

[Roger Gbégnonvi] Afrique et désarroi à l‘horizon 2120 ?

Venance TONONGBE

Trois péchés rédhibitoires de tout Béninois

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire