lamétéo.info
Société

Bénin_Élection Peace Lady : Moi Lady, j’ambitionne…

Partager

À deux jours de l’élection Peace Lady, et en attendant de convaincre le jury, les trois femmes nominées porteurs de paix dévoilent ici leurs projets de paix.

La paix n’a pas de prix dit on. Il en est n’est de même pour celles qui veulent être sacrées reines de la paix. Tour à tour chacune des concurrentes décline ses ambitions pour la paix.

Irice Sehlouan
Zoubératou Saka

Zoubératou SAKA

Moi Zoubératou SAKA peace lady 2018 reconnais que la paix est et restera le seul moyen par lequel le développement durable de toute nation sera une réalité.
La paix étant cet état de quiétude, de sérénité et qui éloigne de nous toute frustration, toute persécution, toute violence, alors cette paix est à promouvoir.

En tant que femme vecteur de paix, j’ai de nobles ambitions, réalistes, afin de promouvoir cette paix tant convoitée.

Pour ce fait j’opte pour ‘‘la paix avant tout ’’.
De façon spécifique, j’ambitionne, par mes efforts personneles, les moyens nécessaires et avec le concours de la communauté :
Lutter contrer les violences faites aux femmes et aux filles tout en promouvant leur droit.
Renforcer la culture de la paix par l’éducation et la sensibilisation des jeunes et des moins jeunes. Promouvoir la tolérance au niveau des différentes confessions religieuses.

Promouvoir l’autonomisation financière de la jeunesse pour une paix durable.
Inciter à la réconciliation des fils et filles du Bénin en cas de conflits (agro-pastoraux, domaniaux, territoriaux…)
Promouvoir la paix et la sécurité au plan national qu’international. Lutter contre l’esclavage des enfants placés. Renforcer l’inclusion sociale

Renforcer avec mes homologues peace lady du monde à travers rencontre et l’Internet,ainsi qu’ avec des structures qui oeuvrent déjà sur le terrain, la lutte contre le régionalisme, l’ethnocetrisme.

Irice Sehlouan
Irice Sehlouan

Ella SEHLOUAN

L’autonomisation des
femmes pour la culture de la paix à la base, une ambition chevillée au corps de Irice Ella SEHLOUAN , candidate au Concours Peace Lady 2018 de l’ONG FED.
« Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir.» dixit Aimé CESAIRE.

Au-delà de la simple rhétorique et sans verser dans l’autosatisfaction béate, cette vue de l’esprit est pour moi un bréviaire, un socle, une philosophie de vie. Raison pour laquelle, je m’évertue depuis quelques années à l’incarner et à la matérialiser dans la mesure du possible.
Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que j’ai décidé de participer au Concours Peace Lady, cuvée 2018 parce que j’ai vu en cette initiative, un porte-étendard, un creuset ambitieux et dynamique, l’occasion rêvée pour décupler mon engagement et démultiplier mes initiatives en faveur d’une embellie véritable du quotidien de la gente féminine à la base. Pouvait-il en être autrement vu que ce concours porte les gènes et sort des entrailles d’une ONG de la notoriété et du vécu de ‘’Femmes Engagées pour le Développement’’, FED.

Soit, c’est une évidence qu’un peuple malnutri, brimé, privé de sa liberté, est frustré, donc se braque et se révolte. Conséquence, la paix s’en trouve menacée et vouée aux gémonies surtout quand les frustrations, les ressentiments, le dénuement et les brimades sont exacerbés. Toutes choses qui vous ont motivé, vous ‘’ONG FED’’ à initier le concours ‘’Peace Lady’’ dont la ligne directrice n’est autre que « mener des actions pour consolider la paix ». Vous pouvez donc imaginer la joie qui m’a animé lorsque j’ai appris que ma candidature a été retenue.
J’ai vu en cette opportunité à moi offerte, une récompense pour ma modeste personne par le biais de ces initiatives que j’ai portées à titre individuel, collectif ou professionnel depuis quelques années, dans le but de participer de façon efficiente au processus d’autonomisation des femmes de nos villes et campagnes.

Comme s’il en était encore besoin et sans pour autant verser dans la sinistrose et les clichés, c’est un fait que les femmes sous nos cieux, surtout dans nos villages et hameaux sont lésées et reléguées au second rang à maints égards. C’est une situation qui m’a toujours touché et même consterné quelques fois. Elle a germé depuis lors en moi les gènes d’un engagement que j’ai cultivé et vivifié depuis le terme de mon cursus universitaire. Ceci a notamment sous-tendu mon choix d’opter pour le Management des projets afin d’avoir les connaissances requises pour me mettre activement au service des communautés locales. La voie venait d’être tracée, l’histoire venait d’être impulsée et elle devrait s’écrire aux côtés des couches défavorisées.

Les initiatives à la base pour l’autonomisation financière des femmes en l’occurrence, allaient désormais être mon champ de prédilection.
Ce qui a été le cas à Asmab finance avec comme corollaire notable la création d’un produit dénommé crédit solidaire qui est sans dépôt de garantie et qui permettrait aux bonnes dames de bénéficier de ces micro-crédits et de renforcer leurs activités génératrices de revenus.

Ce n’est que donc justice que je veuille mettre cette manne d’expériences et d’acquis au service cette fois-ci d’autres couches encore plus vulnérables. En effet, pour le compte du concours Peace Lady 2018, ma candidature est mue par un plan qui porte principalement sur « la réinsertion sociale des couches démunies telles, les orphelins, les enfants ex-détenus, les femmes ex-détenues, les hommes et femmes rejetés pour une raison ou une autre ».

Ne dit-on pas que pour une société en paix, il faut des citoyens en paix avec eux-mêmes.
Comme énoncé plus haut, la malnutrition, la précarité et la privation de la liberté quelle qu’elle fût constituent une sérieuse et dangereuse entrave à la sauvegarde et à la consolidation de la paix.

C’est davantage le volet “liberté” qui nous intéresse ici parce que vous n’êtes pas sans savoir que les ex-détenus, femmes comme hommes une fois leur liberté recouvrée et revenus à la vie sociétale sont astreints à reposer à partir du néant les jalons de leur construction sociale. Entre temps, certains les ont érigé en rebus, leur train de vie s’est trouvé ébranlé, leur emploi perdu, leurs activités passées de vie à trépas, leurs finances asséchées…

Toutes choses qui génèrent en eux ressentis, frustrations, révoltes, actes criminels parfois… Au cours de ma mandature, si la confiance des uns et des autres m’était accordée, je m’évertuerai à soutenir toutes ces femmes ex-détenues notamment celles de certaines de nos villes et campagnes à travers la mise sur pied d’activités légales, génératrices de revenus grâce auxquelles, elles retrouveront goût à la vie, se prendront en main et travailleront à se conférer une existence plus épanouissante.

Évelyne Quenum
Évelyne Quenum

Évelyne QUENUM

Si je suis désignée Peace Lady, je me mettrai modestement mais efficacement au service de la communauté, dans l’unique optique de servir. Oui, serviteur je me considère, dans un monde enclin à la violence sous toutes ses formes. J’ambitionne de me mettre, si je suis désignée Peace Lady, au service des familles, des communautés, de la Nation, et même des peuples, pour promouvoir la paix, la tolérance, le vivre ensemble, dans un esprit de fraternité.
Je m’emploirai, avec le soutien de toutes les personnes éprises de paix, à mener des actions concrètes pour éradiquer la pauvreté de masse qui est en soi une menace permanente pour la paix.
Je déploierai, avec la participation de la famille Women of Peace, une campagne de sensibilisation sur la paix, en prélude aux élections de 2019, 2020 et 2021.
Je me ferai le devoir de contribuer au rayonnement de l’Ong Fed, à travers mon implication active dans ses actions. Ensemble, bâtissons la paix.

Cellule de communication de l’ong-Fed


Partager

Articles similaires

Bénin – Covid-19: Lolo Andoche fait un don de 500 000 F de masques à la Police Républicaine

Venance TONONGBE

Jeunesse béninoise : « changez tout sauf votre femme et vos enfants », lance le représentant-résident de IYF

Venance TONONGBE

Bénin : Plus de 400 motos saisies pour violation du code de la route à Porto-Novo

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page