lamétéo.info
Economie

Agence du développement du tourisme au Bénin : 3 ans déjà et … pas grand-chose

Créée en 2016, par décret en conseil des Ministres, l’Agence nationale pour la promotion des patrimoines et du développement du tourisme, ANPT, a déjà trois ans. Les missions et les projets assignés à cette agence par le gouvernement, laissaient penser que l’heure de gloire du tourisme au Bénin est arrivée. Mais à l’épreuve des faits, l’attendre doit encore être longue.

Eléphants à la pendjari, destination Bénin

L’ANPT voit le jour pour faire de la destination Bénin, une référence en Afrique de l’Ouest. Pour ce faire, le gouvernement lui assigne comme missions : de mettre en valeur le patrimoine naturel, culturel et historique du Bénin, créer et développer les projets touristiques, accompagner et apporter un soutien technique et financier aux partenaires au tourisme.

Le développement du tourisme par l’ANPT passe aussi par la réalisation des projets tels : la récréation des parcs Pendjari et W en parcs de référence, la construction d’un musée thématique à Abomey, édification d’un musée international des arts culturel et civilisation à Porto-Novo et la reconstitution de la cité historique de Ouidah.

Talève d’allen à l’ouémé, destination Bénin

Une feuille de route qui par son contenu, donne à espérer aux acteurs du secteur touristique que sont : les guides touristiques, les promoteurs des hôtels, des agences de voyage, de location de véhicule, que l’essor du tourisme est imminent. Mais il faudra encore attendre puisque de tous les projets confiés à l’ANPT pour développer le tourisme, aucun n’a encore véritablement abouti.

Sans mettre en accusation la nouvelle agence créée, il reste que le développement du tourisme ne doit pas être conditionnée à la réalisation de tous ces projets gigantesques. Le tourisme peut aussi se développer en sachant vendre la destination Bénin au cours des rencontres internationales comme la dernière coupe d’Afrique des Nations en Égypte. La prestation honorable des Écureuils devrait être capitalisée pour inciter les autres frères Africains à visiter le Bénin.

Flore et faune à Natitingou, destination Bénin

Parce qu’en dehors des projets d’envergure, le Bénin possède un potentiel touristique naturel comme les grottes pittoresques dans le département des collines, culturels comme les cases de “Tata Somba” ou historique comme les palais royaux d’Abomey ou de Porto-Novo ou encore la Route des esclave à Ouidah.

Tata Somba, destination Bénin

Le développement du tourisme peut aussi passer par le tourisme domestique par lequel on incite les Béninois eux-mêmes à découvrir le Bénin profond. Les premiers candidats au tourisme domestique peuvent être des élèves qui pendant les vacances qui durent trois mois, consacrent au moins un mois à faire le tour du Bénin. La stratégie pourrait consister à les préparer au cours de l’année scolaire à faire de l’épargne touristique auprès de leurs encadreurs puis avec la subvention de l’ANPT, cela peut être possible. Bien d’idées et tant d’autres qui prouvent qu’en attendant de faire des grandes réalisations, le développement du tourisme pourrait d’abord s’appuyer sur l’existant.

Mathieu Toko

Related posts

Le pactole des immatriculations des motos au Bénin : plus de 2 milliards FCFA encaissés

Venance TONONGBE

Bénin: Salaire des enseignants vacataires désormais bancarisé

Venance TONONGBE

Souveraineté monétaire en Afrique : les échos indignes d’un Eco de servitude !

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire