lamétéo.info
Société

[Opinion] : École béninoise, la coupe est pleine!

Oui, la coupe est pleine! Il faut maintenant que l’école béninoise soit lavée de ces souillures qui ne rassurent plus aucun parent. Le loup de la perversité a pris possession de la chapelle scolaire et nos enfants de coeur baignent dans la fange de l’immoralité des damnés de la craie.

Un enseignant de CM1 qui viole l’innocence de son élève fille de dix ans! Mais diantre! Était-ce ce à quoi le pédophile aspirait en surgissant dans l’arène de l’exemplarité? Le crime est odieux et le forfait impardonnable. On ne peut admettre que ceux à qui nous confions l’éducation et donc la destinée de nos enfants souillent ainsi leur âme sur l’autel même du savoir. Mais l’émoi de cette bassesse à laquelle aucun enfant n’aspire n’est pas tombé qu’un autre cancer scolaire fait parler de lui. Un autre piètre, pardon maître, la cinquantaine révolue, enfonce le clou de sa déchéance incurable dans l’âme innocente de pauvres apprenants du CP. Son âme déjà consumée par les plaisirs de la pénétration lui ont indiqué ceux abjects de la fellation sur mineur. Oser faire ça à de si petits enfants alors qu’on serait soi-même marié et père de quatre enfants ! La coupe est vraiment pleine! Franchement, l’école ne rassure plus quant à la sécurité des apprenants. Si à côté des viols et autres attouchements déjà récurrents, la pédopornographie doit s’installer, nos écoles ne sont plus alors que des abattoirs où il faut craindre d’envoyer nos enfants.

Désormais aux mains de la police, les deux hors-la-loi sexuels doivent subir les rigueurs de la loi. Leur procès ne doit souffrir d’aucune clémence. Leur cas pourra alors servir d’exemples à leurs pairs aussi pervers qu’eux et encore tapis dans l’ombre silencieuse de nos écoles. Par ailleurs, qu’elles soient publiques ou privées, nos écoles primaires doivent s’efforcer d’être des endroits sûrs pour nos enfants. Les Directeurs et leurs collaborateurs administratifs doivent sortir de leur tour d’ivoire pour s’imprégner de l’attitude des enseignants dans les classes. Cela leur permettra sûrement de dénicher les sociopathes qui pensent pouvoir faire de leurs apprenants, des objets sexuels.

Hormis cela, les recrutements d’enseignants aussi bien dans le privé que dans le public doit veiller à la bonne moralité effective de ceux-là. L’avenir de nos enfants en proie à ces fléaux scolaires en dépend. Arrêtons maintenant la saignée pour une école béninoise plus sûre.

Raoul HOUNTONDJI

Related posts

Prénom endogène du jour : « Gbètognon », mon identité

Venance TONONGBE

Dysfonctionnements des GSM au Bénin : Voici comment porter plainte pour réparation…

Venance TONONGBE

Bénin: l’Ambassadeur Théodore C. Loko en deuil !

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire