lamétéo.info
International

Un pasteur jugé pour terrorisme : “le jeûne jusqu’à la mort pour rencontrer Jésus avant la fin du monde” fait 429 victimes

Partager

Le procès pour terrorisme de Paul Nthenge Mackenzie s’ouvre à la cour de Shanzu à Mombasa, au Kenya, ce lundi 8 juillet 2024.

A la cour de Shanzu à Mombasa, débute le procès pour terrorisme du pasteur Paul Mackenzie, un événement très attendu suite à une affaire tragique qui a secoué le pays. La justice kényane avait annoncé dès le 2 mai 2023 son intention d’intenter des actions en justice contre Paul Mackenzie, notamment pour “terrorisme”, après la découverte de 109 corps dans une forêt du sud-est du Kenya où se réunissaient les adeptes de sa secte.

Paul Nthenge Mackenzie, ancien chauffeur de taxi devenu pasteur autoproclamé, a été placé en détention provisoire le 14 avril de l’année dernière. Les premières victimes avaient été découvertes dans la forêt de Shakahola, lieu de réunion de son “Église internationale de la Bonne Nouvelle”. Cette affaire est l’une des plus meurtrières que la justice kényane ait connue depuis l’indépendance du pays.

Découvertes macabres

Selon les informations de RFI, en l’espace d’une année, 429 corps ont été retrouvés par les enquêteurs dans la forêt de Shakahola, et les fouilles se poursuivent encore. Les victimes, membres de l’Église internationale de la Bonne Nouvelle de Paul Mackenzie, sont mortes de “la faim” après avoir suivi ses prêches qui prônaient “le jeûne jusqu’à la mort pour rencontrer Jésus avant la fin du monde”.

Vu l’ampleur de l’affaire, la justice kényane a décidé de la diviser en plusieurs procès, répartis dans trois tribunaux. Aujourd’hui, le procès portant sur le terrorisme commence à la cour de Shanzu à Mombasa. Paul Mackenzie et ses 93 complices répondent de 13 chefs d’accusation, incluant radicalisation, activités criminelles et facilitation d’actes de terrorisme.

Le bureau du procureur affirme que Paul Mackenzie et ses coaccusés « ont adopté et promu un système de croyances extrêmes pour faciliter des actes violents fondés sur une idéologie ». Pour le ministère public, cette affaire relève de “la loi antiterroriste”. Leah Juma, juge principale de cette affaire, a exprimé sa détermination à faire avancer le procès. Des journées d’audition supplémentaires sont prévues du 22 au 25 juillet.

Georges HOUNZONLIN


Partager

Articles similaires

«Nous allons poser des actes dans les jours, mois à venir» : le Niger de Tiani menace la France de Macron

Venance TONONGBE

RDC : un sénateur refuse un véhicule justifiant que l’argent pourrait servir à construire universités et écoles

Venance TONONGBE

Italie : Le Premier Ministre Mario Draghi jette l’éponge

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page