lamétéo.info
Chronique

Roger Gbégnonvi ?! Mais jusques à quand ?

Partager

Quoi qu’il en soit, l’initiative de cette double livraison simultanée sortie des presses d’une maison d’édition de la métropole bordelaise en France, ne nous renvoie-t-elle pas, de façon paradoxale, à cette trop célèbre citation attribuée Amadou Hampâté Bâ, citation qu’on chercherait en vain dans les écrits de l’historien et ethnologue malien, à moins que celui-ci n’ait eu à la prononcer au détour de quelque conférence : « En Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle ». Désastreuse catastrophe dont l’antidote et la parade pourraient éventuellement se trouver à travers l’initiative qu’illustrent ces deux nouvelles parutions, faisant ainsi des générations nouvelles celles qui tournent le dos cette fatalité légendaire et s’assignent pour responsabilité historique d’éviter les autodafés, d’empêcher que la mort de nos aînés ne s’assimile systématiquement à un incendie de nos bibliothèques.

Car après Roger Gbégnonvi, nous avons déjà eu à déplorer coup sur coup, la disparition de Jérôme Carlos, de Paulin Hountondji, de Stanislas Spéro Adotévi…, et avant eux, Jean Pliya, Honorat Aguessy, Félix Iroko, Olabiyi B. Yaï et tant d’autres. Comment faire donc pour que survive la mémoire, et surtout l’œuvre de tous ces laborieux travailleurs qui, chacun à sa façon, a nourri et enrichi la pensée et le patrimoine culturel de notre pays, contribué ainsi à la diversité de la pensée et de la culture universelles ?

Certes, nous savons, oh combien honorer nos « morts qui ne sont pas morts, qui ne sont pas partis », comme en témoignent nos rassemblements festifs hebdomadaires autour de ripailles abondamment arrosées en mémoire de tel ou tel qui nous a quittés « 5 ans déjà ! », « 10 ans déjà ! », voire « 50 ans déjà ! », festivités hebdomadaires dont le budget ne faiblit jamais, ni par temps de « cherté de la vie » ni de crise du « panier de la ménagère ».

Mais qu’il nous en souvienne, à certains d’entre nous, cette question jadis soumise à notre réflexion d’apprentis philosophes : « Le désir d’immortalité est-il réalisable ? » Nous avions à l’époque balbutié quelques tentatives de réponse jugées contestables, balayées d’un revers de main par nos maîtres, tentatives de réponse qui vont chercher la solution au désir d’immortalité dans la frénésie d’une abondante progéniture, ou l’édification de biens immobiliers disséminés çà et là, par-delà les contraintes incontournables des lois naturelles de la biologie. Il nous fut rétorqué sèchement que « tout cela n’est que poussière et poursuite de vent », et que seules les grandes œuvres de l’esprit qui se traduisent en inventions, en créations et productions artistiques, littéraires ou philosophiques pourraient nous prolonger et traverser le temps et l’espace.

Ces œuvres de l’esprit et leur perpétuation à travers le temps, en appellent à la responsabilité des intellectuels, non pas seulement des bardés de diplômes que nous reconnaissons comme tels, mais de tous ceux qui témoignent de la vie de l’esprit en eux, qu’ils aient fait leurs preuves dans « les écoles du Blanc », ou qu’ils n’y aient jamais mis les pieds en restant proches des valeurs de nos cultures endogènes, ceux-là que Barthélémy Adoukonou qualifie d’« intellectuels communautaires », catégorie qu’il définit comme « toute personne qui, quel que soit son sexe ou son âge, participe à titre de créateur ou de conservateur aux acquisitions culturelles des sociétés africaines en régime d’oralité. » Et B. Adoukonou d’opposer « l’intellectuel communautaire » à « l’intellectuel par qualification », la catégorie de ceux-là qui « ont traversé l’école et qui ne maîtrisent qu’un aspect sectoriel du projet global de rationalité scientifique, et qui se contentent de fonctionner dans un ensemble dont ils ne se préoccupent guère de penser la totalité de sens. » C’est hélas le cas de la majorité des « intellectuels africains auto-proclamés ». Toutefois, selon B. Adoukonou, l’intellectuel universitaire africain peut se rapprocher de l’intellectuel communautaire et collaborer avec lui en devenant « intellectuel par vocation », c’est-à-dire en étant de ceux qui, « pour se trouver au plus proche des valeurs centrales de la société, pour l’impulser du dedans, s’efforcent sans arrêt de penser la totalité de sens de sa culture à partir de leur secteur propre de rationalité » . C’est la contribution de tous ces acteurs méritants qu’il convient de préserver et de perpétuer. Roger Gbégnonvi fut-il de ces « intellectuels par vocation » ? S’est-il efforcé « sans arrêt de penser…» , lui qui semblait s’être donné pour devise « Ecrire ou périr » et dont toute la vie aura été une continuelle activité d’écrire ? L’histoire le dira, et ne pourra le dire qu’à la condition que son héritage intellectuel ainsi que l’héritage de tous ces aînés qui nous ont quittés puissent être rassemblés pour devenir matière à réflexion, constituer des corpus de référence.

Corpus de référence ? En effet, dans la conférence inaugurale qu’il délivra le 23 mars 2023 en ouverture au colloque scientifique tenu au séminaire philosophât de Djimè à Abomey sur le thème « L’anthropophobie : comment ré-humaniser l’homme ? », Mahougnon Kakpo de l’université d’Abomey-Calavi, développa le concept d’« auto-référentialité » qu’il définit comme une véritable « épistémologie de rupture » face à « l’épistémologie de l’arrogance occidentalo-centriste d’arrogance », comme la nécessité pour les Africains de se référer aussi à des Africains dans leurs discours, dans leurs réflexions, au lieu d’avoir toujours pour références permanentes et constantes des penseurs étrangers à l’Afrique. En publiant Penser l’Afrique d’aujourd’hui avec Paulin Hountondji (2021), Roland Téchou et Bernard Boko se sont inscrits dans la voie de ce qu’il convient désormais d’entreprendre et d’intensifier pour que la pensée des Africains, leur contribution à la diversité de la pensée universelle prenne place dans la pensée tout court, et pour qu’enfin le récit de chasse cesse d’être unilatéralement le récit du chasseur.

Il faut espérer que dans les prochains jours, ces deux publications de Roger Gbégnonvi, Paroles interdites ainsi que Le Pape du Peuple, Songes et Mensonges du Monde soient disponibles dans les rayons de nos librairies pour que nous puissions encore prolonger pour un temps nos confrontations d’idées avec cet homme problématique dont son camarade de classe, Mgr Victor Agbanou, évêque émérite de Lokossa a écrit : « De Roger Gbégnonvi, il y a beaucoup à dire, beaucoup à partager ».

Par Jean-Norbert Vignondé

Partager

Articles similaires

[Chronique Roger Gbégnonvi]Covid-19 et agroalimentaire au Bénin

Venance TONONGBE

France-Afrique : Qui sera le premier patriarche africain chez Macron?

Venance TONONGBE

Chronique Roger Gbégnonvi| Démocratie et parrainage politique

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page