lamétéo.info
Actualités

CNHU de Cotonou : “Au service de réanimation, les médecins ne donnent plus d’ordonnance ” [ le président de l’ARS]

Partager

Au Bénin, l’une des mesures les plus notables mises en place pour améliorer la qualité des services de soins au Centre National Hospitalier Universitaire (CNHU) de Cotonou concerne l’approvisionnement en médicaments au sein du service de réanimation.

Le 14 avril 2024, Dr Lucien Dossou-Gbété, président de l’Autorité de Régulation du secteur de la Santé (A.R.S), a partagé des mesures expérimentées au CNHU de Cotonou lors de son passage en tant qu’invité sur l’émission Zone franche de Canal 3 Bénin. « Au service de réanimation de CNHU (…) désormais, plus question de donner des ordonnances aux patients, aux familles. », a déclaré le Dr Dossou-Gbété.

Selon le président de A.R.S, cette démarche est motivée par la nécessité de fournir rapidement les médicaments essentiels aux patients en réanimation, sans devoir attendre que ces derniers soient achetés et apportés de l’extérieur. “En fin de journée, on fait le récapitulatif de ce qu’a coûté le soin. Et après on présente la facture à la famille.”, a-t-il ajouté.

Quels impacts ?

Le Dr Dossou-Gbété a énuméré des avantages de cette approche. Elle améliore considérablement le confort de travail du personnel médical en éliminant les attentes inutiles pour les médicaments. “Ce n’est pas humain de savoir que vous avez dans un lit, un malade, qui a un problème qui est connu, la solution est connue, mais on est là à attendre que le médicament arrive.”, a-t-il soutenu.

Selon lui, en éliminant cette attente, le risque de vol de médicaments a également été réduit, car les médicaments fournis par la pharmacie du service sont tracés et contrôlés.

Une conséquence indirecte de cette mesure est également la réduction de la présence des familles en attente à l’hôpital. Auparavant, les proches des patients en réanimation restaient souvent dans une zone d’attente, dans l’attente d’une ordonnance pour se procurer les médicaments. Désormais, cette pratique a été abandonnée, ce qui a contribué à un environnement plus calme et moins encombré pour les patients et le personnel médical.

Le Dr Lucien Dossou-Gbété a par ailleurs souligné que cette initiative, actuellement en phase d’expérimentation au CNHU de Cotonou, pourrait être généralisée à d’autres établissements de santé.


Partager

Articles similaires

Abomey-calavi : elle a 17 ans et se suicide pour une histoire d’amour

Venance TONONGBE

Coton : bonheur et malheurs, la part des cotoncultrices de Banikoara dans le succès béninois

Venance TONONGBE

Annoncée à Niamey, la junte nigérienne refuse à la délégation de la CEDEAO l’autorisation d’atterrir avant la fin de la journée

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page