lamétéo.info
Actualités

Amnesty International Bénin dénonce des expulsions forcées le long du littoral : Un appel à des mesures urgentes

Partager

Dans un rapport rendu public ce jeudi 07 décembre 2023, Amnesty International Bénin met en lumière des irrégularités graves dans le processus de déguerpissement des habitants de Fiyégnon 1, Djègbadji, Avlékété, et Xwlacodji le long du littoral Cotonou-Ouidah.

Intitulé “Chassés pour planter des cocotiers”, un rapport d’Amnesty International Bénin, fruit d’entretiens et de recherches menés entre janvier et mars 2023, révèle que plus de 6 000 personnes ont été touchées par cette opération le long du littoral Cotonou-Ouidah. Depuis 2017, le nombre total d’expulsés à Cotonou atteint au moins 10 000 personnes, selon l’ONG.

Les conclusions du rapport pointent du doigt des violations flagrantes des droits de l’homme. Fabien Offner, chercheur d’Amnesty International Bénin, a souligné lors de la présentation que les populations expulsées n’ont pas été suffisamment informées avant l’arrivée des bulldozers. Des témoignages de Fiyégnon 1 ont mis en lumière des expulsions nocturnes, sous la pluie, et pendant les périodes d’examens scolaires, en contradiction avec le droit international.

Le rapport révèle également des irrégularités dans les processus de recensement des personnes et des biens, ainsi que des problèmes liés à l’indemnisation des personnes touchées. Certains sinistrés n’ont pas été indemnisés du tout, tandis que ceux qui ont reçu une compensation ont déclaré que celle-ci était insuffisante ou ne correspondait pas aux promesses des autorités.

Les conséquences économiques, sociales et culturelles de ces expulsions forcées sont dévastatrices pour de nombreux habitants. Certains continuent de vivre dans la précarité, et ceux non indemnisés ou relogés, tels que ceux de Xwlacodji et de Fiyégnon 1, se retrouvent à dormir sur la plage ou au port de Cotonou pour pouvoir poursuivre leurs activités de pêche.

Quid des indemnisations annoncées par l’Etat

Le gouvernement béninois n’est pas resté muet quant au dédommagement des personnes affectées par ces divers projets. Entre autres actions menées, en Conseil des ministres du mercredi 11 octobre 2023, l’exécutif avait approuvé la déclaration d’utilité publique et de l’indemnisation de 728 personnes affectées par la phase 2 du projet Route des pêches sur le tronçon Adounko-Porte du non-retour. Pour ceux que le projet de réaménagement de la Corniche Est de Cotonou a affecté, le Conseil réuni le mercredi 10 mai 2023, avait défini un plan de relogement pour les 42 sinistrés recensés.

Mais Amnesty International Bénin appelle à une action plus approfondie pour garantir le respect des droits humains dans ces opérations. Dieudonné Dagbéto, directeur exécutif d’Amnesty International Bénin, a formulé des recommandations claires à l’endroit du gouvernement pour remédier à ces irrégularités. Parmi celles-ci, on trouve la suspension des procédures d’expropriation tant qu’un accord équitable n’a pas été trouvé, la mise en place d’une commission d’enquête indépendante, des mesures d’indemnisation et de réinstallation, ainsi que des garanties pour l’égalité des droits entre hommes et femmes dans les procédures de recensement et d’indemnisation.

Philippe G. LOKONON

Partager

Articles similaires

Contrôle d’excès de vitesse des véhicules : Le Porte-parole de la Police républicaine se prononce

Venance TONONGBE

Contre l’exportation clandestine du soja et du cajou, Talon met en place un comité : les missions

Venance TONONGBE

Covid-19 : espoirs africains en terre malgache!

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page