lamétéo.info
Chronique

C’est dans son plumage que l’oiseau grandit : L’hommage de Cédric Gbégnonvi à son feu père

Partager

Car Monsieur le professeur Roger Gbégnonvi aura marqué notre Histoire ! Son parcours, un parcours singulier et atypique, tel est celui emprunté par notre cher professeur.

Après avoir cheminé neuf longues années durant, sur les sentiers des séminaires Sainte Jeanne d’Arc et St Gall à Ouidah, sentiers à lui proposés par Dieu en vue d’une accession au sacerdoce, le jeune Roger Gbégnonvi décida finalement de rebrousser chemin, de partir à la découverte de nouveaux horizons : Afrique, Amérique du Nord, Europe occidentale…

Était-ce l’appel du pays natal, l’amour pour sa patrie ? le jeune Roger Gbégnonvi désormais muni de tous ses diplômes revint au pays de ses ancêtres. Avait-il été profondément marqué par les conseils que lui prodiguait son père, à travers ce proverbe fon « xɛ̀ fùn mɛ̀n wɛ̀ xɛ̀ nɔn sù ɖè » ? Si tel est le cas, alors nous devons tous en cœur remercier grand père Gbégnonvi, pépé Firmin Gbégnonvi. Il ne le savait peut-être pas quand il répétait inlassablement ce proverbe à son fils ; pépé Firmin Gbégnonvi ne savait pas qu’il formait et forgeait là la conscience d’un grand homme.

Car oui, le professeur était un grand homme ! Un homme qui aura marqué les esprits, un homme qui aura incrusté une empreinte solide, profonde et indélébile dans le roc de l’Histoire béninoise. J’en suis persuadé et l’Histoire nous le dira.

Un homme qui dans son plumage constitué essentiellement de livres et d’écritures, aura légué à ses étudiants de l’Université d’Abomey-Calavi et au-delà des bancs de ladite université, une partie de son savoir. Car oui, nous avons tous été ses étudiants et nous le sommes encore aujourd’hui ! Nul ne sait de quoi demain sera fait ; mais nous savons tous, à quelques nuances près, de quoi hier a été fait. Et comme le dit le proverbe « Un peuple sans mémoire, est un peuple sans avenir ».

Alors souvenons-nous, rappelons-nous de l’homme intègre qu’était le professeur Roger Gbégnonvi ; retenons ses leçons. Les leçons d’un homme qui, malgré son rang dans la société béninoise, est resté toujours fidèle à ses plus grandes valeurs : rigueur, simplicité, intégrité, sincérité, honnêteté. Nul n’aura jamais réussi à corrompre l’ancien ministre de l’Alphabétisation et de la promotion des langues nationales du Bénin, Monsieur Roger Gbégnonvi. Que dis-je ! Monsieur le professeur Roger Gbégnonvi ! Car professeur un jour, professeur toujours.

Alors, cher Professeur, souvenons-nous, rappelons-nous, gardons en mémoire vos leçons monsieur le professeur ; racontons vos histoires, chantons vos histoires, bâtissons notre propre Histoire en nous inspirant de vos leçons de vie, pour avancer et avoir un avenir. C’est l’engagement que nous prenons envers vous, aujourd’hui.

Ce mercredi 12 juillet 2023, le peuple béninois a perdu un mentor, un éveilleur, un père, disent certains. Mais livre à la main, Histoire se faisant, nous marcherons vers demain et tous les lendemains. L’oiseau est né, a grandi et aura marqué toute une génération et conquis des millions de cœurs : Veni Vidi Vinci !

Vous resterez, monsieur le Professeur, comme nous le disons si bien dans un néologisme propre à nous, « permanament » dans nos pensées, c’est-à-dire pour toujours.

C’est dans son plumage que l’oiseau grandit et c’est dans son plumage que l’oiseau s’endort : xɛ̀ fùn mɛ̀ wɛ̀ xè nɔn nɔ̀n kàka sɔ yì.
Bonne nuit monsieur le professeur, bonne nuit papa. À demain et à tous les lendemains.

Ton fils qui t’aime.


Partager

Articles similaires

Bénin-France : ‘‘Œuvres d’art’’ et politique cosmétique

Venance TONONGBE

Bénin-Internet : Nos libertés menacées par les réseaux sociaux ?

Venance TONONGBE

[Chronique Roger Gbégnonvi] Et si le covid-19 laissait intactes nos mentalités

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page