lamétéo.info
Actualités

Politique extérieure du Bénin : l’ancien ministre Nassirou Bako-Arifari se dit “perplexe” face aux “différents choix et interviews” du pouvoir Talon

Partager

L’ancien ministre des affaires étrangères du Bénin sous Boni Yayi dit être dans une situation confuse et embarrassante face à certaines décisions du pouvoir Talon en lien avec la politique extérieure du Bénin. Le professeur Nassirou Bako-Arifari l’a fait savoir lors du lancement d’un livre consacré à la diplomatie béninoise de 1960 à 2020.

L’ancien ministre des affaires étrangères du Bénin et aujourd’hui député à l’Assemblée nationale a réagi à propos des réformes sur la carte diplomatique du Bénin. Répondant à une question en tant que préfacier du livre “La politique étrangère du Bénin. D’hier à aujourd’hui ” de Marius Loko, il a exprimé son incompréhension sur certains choix opérés par le pouvoir en place en matière de diplomatie. « Lorsque je dis, pour réaliser telle ou telle politique publique, j’ai besoin de l’appui de tel ou tel pays, de mon point de vue, j’essaie d’être présent pour bien défendre mes dossiers dans ces pays.», a fait observé Bako-Arifari le 11 mars dernier à l’université d’Abomey-Calavi, lors de la cérémonie de lancement du livre.

LIRE AUSSI: “La politique étrangère du Bénin D’hier à aujourd’hui”: Un essai de Marius Loko qui revisite l’univers de la diplomatie béninoise assorti de propositions

Selon lui, ce n’est pas au moment où on a le plus besoin de ces pays qu’on y ferme les ambassades tout en demandant l’accompagnement de ceux-ci. Il en déduit qu’il y a “parfois” « une déconnexion entre finalité de politique publique intérieure et choix de politique extérieure ». Et d’ajouter :

« Des différents choix d’aujourd’hui, des différents interviews, on est perdu. On ne voit pas la confluence entre les choix de fermeture [ d’Ambassades ] et les priorités de politique publique nationale par rapport à notre situation d’aujourd’hui. On est perplexe.»

Pour l’ancien ministre, on a pas d’éléments pour apprécier les choix du pouvoir en place. « Ce sont des choix qui ont été opérés mais qui n’ont pas été justifiés aux yeux du peuple », a-t-il soutenu.

Pour rappel, de 36 missions diplomatiques en 2016, le Bénin en compte aujourd’hui 13.


Partager

Articles similaires

Parrainage 2021: “Si on dit que Adjavon, Koutché vont aller aux élections, on vous dira il n’y a plus d’exclusion. C’est faux!”, crie Hermann Adankpo

Venance TONONGBE

Recrutement de 5000 jeunes dans l’armée au Bénin : tout sur la date et les lieux des épreuves sportives

Venance TONONGBE

Coronavirus : de 02, le Bénin passe à 05 cas découverts

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page