lamétéo.info
Société

Journée d’étude sur la désinformation à Lyon en France : Wenceslas Mahoussi expose l’écosystème des fausses informations au Bénin

Partager

Le vendredi 14 octobre 2022 à 11h 15, Wenceslas Mahoussi, Maître Assistant des Universités du CAMES, enseignant chercheur à l’Université d’Abomey-Calavi prenait part à une journée d’étude par visioconférence. Ladite journée a été organisée dans le cadre du projet de partenariat de ” Lutte contre la désinformation” par l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’information et Bibliothèques de la France et l’Ecole de Bibliothécaires, Archivistes et Documentalistes du Sénégal et l’organisation internationale de la francophonie (OIF).

“Écosystème des fausses informations au Bénin”, c’est le sous-thème sur lequel a porté l’intervention de l’enseignant chercheur à l’Université d’Abomey-Calavi, Dr Wenceslas Mahoussi ( MA). D’entrée, l’universitaire connu pour ses nombreuses luttes contre les infox, a exposé les résultats des tournées à la fois pédagogiques, scientifiques et citoyennes qu’il a organisées sur lesdites infox. ” Nous avons identifié dans le cadre de notre tournée qu’on parle d’infox quand l’information est fausse, ensuite il existe une intention manifeste de manipuler, de nuire et enfin on utilise les réseaux sociaux numériques à grande échelle pour la propagation des infox. Ce sont là les conditionnalités des infox”, a t-il d’abord lancé.

Aussi a t-il parlé des impacts des infox encore appelées fausses informations sur les populations. A l’en croire, les infox créent de la panique au niveau des populations. ” Dans le cadre des violences pré-électorales enregistrées à la veille de la présidentielle de 2021[…] la rumeur qui a annoncé une attaque de l’armée en représailles aux violentes manifestations en cours a provoqué le déplacement des populations de cette localité vers les villages environnants”, a t-il illustré.

Pour le Directeur de l’observatoire des Sciences de l’information et de la Communication (l’OBSIC), plusieurs acteurs sont impliqués dans l’écosystème des fausses informations au Bénin. Il s’agit des journalistes, des web journalistes, des web activistes, des influenceurs, des blogueurs. Mais au-delà de ceux-ci estime t-il, il y a une autre catégorie d’acteur, qui est celle la plus dangereuse. ” Les acteurs les plus dangereux sont les relayeurs. Dans le contexte béninois, on les appelle les clébé…Ils relayent les informations sans réfléchir. Ils ne veulent pas savoir si l’information est vraie ou si elle est fausse”, a déploré Wenceslas Mahoussi.

Faut-il le dire, il n’a pas manqué de parler des perspectives et bien évidemment des solutions devant permettre de lutter efficacement contre les fausses informations, infox. Selon lui, il faut miser sur l’éducation au média et à l’information, il faut miser sur la maîtrise de l’information, la culture informationnelle. Il faut apprendre aux populations, la littérature de l’information, quand est-ce que le besoin informationnel émerge et renforcer l’arsenal juridique sur la question des infox, sensibiliser et parfois aller à la répression.

Wenceslas Mahoussi

Pour rappel, cette journée d’étude à laquelle, Wenceslas Mahoussi a pris part, a pour objectif de proposer un panorama des recherches scientifiques francophones sur les phénomènes de désinformation et sur des initiatives pour contrer ces phénomènes.

Fiacre AWADJI ( Coll)

Partager

Articles similaires

People: fesse, lingerie et couleur, voici ce qu’en disent des Cotonoises

Venance TONONGBE

Dans l’univers des marchands du “doux petit Jésus”

Venance TONONGBE

Développement à la base: Céphise Béo Aguiar en communion avec les populations de Dawé pour la célébration de la fête des artisans

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page