lamétéo.info
Actualités

Entre contrainte existentielle et option de vie, des mémés vendeuses à la criée se font découvrir à Cotonou et à Abomey-Calavi

Partager

Elles sont des septuagénaires c’est-à-dire qu’elles ont plus de soixante ans. Elles, ce sont ces mémés, qui, porteuses d’ingrédients de cuisine, de chaussures, d’akassa ou de tisanes et citron, parcourent du matin au soir, de l’est à l’ouest, des quartiers de Cotonou ou d’Abomey-Calavi pour des ventes à la criée en dépit de l’âge avancé.

Une mémé vendeuse de patates et de piment à Cotonou

« Mes clients me demandent même pourquoi les enfants me laissent faire alors qu’ils ont l’obligation de me nourrir. Or, ces clients ne savent pas ce que moi je vis. Ils n’ont aucune idée de mes difficultés. Je réponds juste par le silence. », l’air épuisée, sous le poids de son plateau plein de feuilles médicinales et de tisanes antipaludiques, une vielle dame, la soixantaine, raconte son quotidien de vendeuse ambulante à Abomey-Calavi.

Sans jamais savoir ce qu’adviendra demain, la mémé dit vivre « au jour le jour.» pour suivre et nourrir ses petits fils à sa charge. Pour elle, pas besoin d’une fortune pour assurer un repas à ses petits fils : « Dès que je fais une vente de 1000 FCFA, je me retourne à la maison.»

La vente d’akassa à la criée

Si le manque de moyens financiers contraint des personnes du troisième âge à descendre dans les rues pour se livrer à la vente ambulante, d’autres par contre, le font pour “garder la forme”. « Pour moi, vendre de quartier en quartier à pied est un sport », confie une autre vielle même si elle est préoccupée par la situation de son garçon : « L’ un de mes garçons a déjà obtenu son diplôme universitaire. Il a déposé les dossiers un peu partout mais il n’a pas trouvé de boulot. Donc, il a décidé d’aller vendre avec un Blanc.»

Lameteo a passé quelques heures avec trois mémés qui décrivent ici leurs conditions de vie.

Trois mémés, trois vies…

Partager

Articles similaires

“Les Démocrates” alerte les Evêques du Bénin au sujet du code électoral: “Nous sommes en train de soupçonner un vaste complot”

Venance TONONGBE

Dogbo : une femme accusée d’avoir tué et fait disparaitre l’enfant de sa coépouse dans un puits

Venance TONONGBE

Recours de Les Démocrates : La Cour Constitutionnelle ordonne la reprise des élections à certains postes des bureaux des commissions à l’Assemblée nationale

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page