lamétéo.info
Actualités

Menaces du terrorisme au Bénin : l’Association des Énarques du Bénin s’arme pour participer au débat

Partager

Un café géostratégique pour bien comprendre le phénomène du terrorisme dans un État côtier comme celui du Bénin afin de mieux informer les populations et amener la communauté scientifique à porter son attention sur ce phénomène. Voilà l’objectif pour lequel l’Association des Énarques du Bénin a réuni début weekend, des juristes, des sociologues, des politologues avec des responsables de l’armée béninoise à l’université d’Abomey-Calavi pour débattre du sujet.

« Un État côtier face au terrorisme : cas du Bénin.» C’est la thématique principale qui a été au menu du 3ème café géostratégique de la fondation Konrad ADENAUER avec la collaboration des représentants de l’armée, organisé par l’Association des Énarques du Bénin.

« Sans être des spécialistes de la guerre, les Énarques veulent participer à ce débat qui se mène parfois à huit-clos », a déclaré Moïse Dossoumou, président de l’association à l’ouverture de la rencontre. A sa suite, le Colonel Tétédé Idjouola, chef d’Etat-major de l’armée de terre adjoint, a contextualisé la crise sécuritaire à laquelle fait face l’Afrique du l’Ouest.

Analysant les causes du terrorisme, le Colonel a insisté sur les mesures à prendre par les gouvernants pour réduire la pauvreté, les frustrations de toutes sortes, la stigmatisation de certains groupes ethniques. A cela une synergie d’action entre les différentes composantes de la société.

Invité pour le premier panel intitulé “Initiative d’Accra, un creuset de lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest: quid de la stratégie nationale” le chef bataillon, Samson Hounwanou, commandant du premier bataillon de commando parachutiste de Ouassa, a présenté les détails de cette stratégie sous-régionale définie comme étant « organisation sécuritaire mise en place par les pays membres pour mutualiser leurs efforts pour réduire puis éradiquer l’influence néfaste du terrorisme». Selon lui, l’initiative a connu plusieurs succès comme l’opération Koudanlgou 1 qui qui a eu lieu en mai 2018, la deuxième, en novembre 2018, la troisième en novembre 2019 et enfin le quatrième en novembre 2021. Par ailleurs, il y a eu également une quatrième opération “Koudanlgou4” renforcée qui est en cours et se réalisera avant la fin de cette année 2022. « Malgré les attaques, il n’y a pas un mètre de notre territoire que nous avons perdu. », a-t-il souligné parlant du Bénin.

Les participants à la rencontre

Quant au second panel, animé par Clarisse Blanche Sonon, coordinatrice du réseau social Watch et Joël Ataï Guèdègbé, président de l’Association nouvelle éthique et expert en gouvernance s’est centré sur la contribution de la société civile dans les enjeux sécuritaires au Bénin. Pour eux, le terrorisme n’est pas seulement l’apanage des forces de défense et de la sécurité. La société civile doit se mettre en synergie d’action avec les policiers et les militaires pour ensemble combattre le fléau.

Marc BATCHO

Partager

Articles similaires

Bénin : Kemi Seba libéré après une brève interpellation à l’aéroport de Cotonou

Venance TONONGBE

Burkina Faso – Covid-19 : des demandes d’un centre hospitalier universitaire suspendues pour avoir opéré un essai clinique sur l’Apivirine de Valentin Agon

Venance TONONGBE

Première mesure après la tournée gouvernementale au Bénin : le prix de l’huile à la baisse

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page