lamétéo.info
International

Macky Sall du Sénégal chez Poutine, Choguel Maïga du Mali ironise

Partager

Le 03 juin dernier, le Président en exercice de l’Union africaine (UA), le Sénégalais Macky Sall s’est rendu en Russie. Reçu à Sotchi par son homologue russe, il a plaidé pour la levée du blocus russe sur le blé ukrainien dont dépendent la plupart des pays africains. Cette doléance paraît insensée au Premier ministre malien qui ironise à ce sujet.

L’embargo que subit le Mali depuis ce qui a été considéré comme un second coup d’État de la junte au pouvoir continue d’alimenter les prises de positions. La dernière sortie en date est celle du premier ministre malien rapportée par Dakar Matin. Selon les propos rapportés par le quotidien, Choguel Maïga indexe le président sénégalais sans le citer :«Il y a un président en Afrique ici, qui est allé demander au président russe, Poutine de lever l’embargo sur le blé parce que tout simplement les Occidentaux souffrent.» Cette perception de la démarche de celui qui tient les rennes de l’Union africaine actuellement est forcément teintée d’une certaine ironie quand on sait que le torchon brûle entre le Mali et la France. Sous embargo depuis le 09 janvier 2022, le Mali tient encore mais pas sans grandes difficultés. Pour le premier ministre de transition donc la doléance du Président Macky Sall paraît insensée vu qu’il soutient l’embargo qui pèse sur le Mali voisin :

«Tu es parti plaider pour la cause des Occidentaux alors que toi, tu as mis l’embargo et fermé tes frontières à ton voisin africain.»

Macky Sall et Vladimir Poutine

Et d’exprimer son incompréhension de l’attitude parfois ambiguë des dirigeants africains :«Vraiment, je ne comprends pas le comportement de certains dirigeants africains. Ça fait rire.» Cette chute teintée d’ironie laisse voir clairement que pour le Mali, l’action de Macky Sall devrait commencer par le continent, en plaidant pour la levée de l’embargo qui pèse sur le pays, comme pour lui rappeler que « charité bien ordonnée commence par soi-même.»

Raoul HOUNTONDJI

Partager

Articles similaires

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro, la descente aux enfers…

Venance TONONGBE

«Je connais les problèmes et les attentes des enfants »: Fally Ipupa désormais ambassadeur de l’Unicef

Venance TONONGBE

Visite annoncée de Macron au Burkina : une retombée sociale avant l’heure

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire