lamétéo.info
International

La vidéosurveillance : la panacée ivoirienne contre la fraude au BEPC, BAC..

Partager

Depuis quelques années, les examens de fin d’année, en Côte d’Ivoire, ont presque toujours été émaillés de fraudes qui entachent la crédibilité des résultats. Pour sortir de cette situation peu honorifique, les autorités ivoiriennes ont innové cette année en introduisant dans le système de surveillance du BEPC et du Bac, la vidéosurveillance afin de démasquer les éventuels fraudeurs.

La fraude zéro aux examens scolaires de cette année en Côte d’Ivoire, c’est le crédo de la ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation. À cet effet, la vidéosurveillance a été introduite dans des centres d’examen du BEPC pour décourager les fraudeurs et donner à cet examen de fin du premier cycle, toute la crédibilité qu’il devrait revêtir. Selon Pr. Mariatou Koné, ministre de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation, ces mesures visent à évaluer les valeurs intrinsèques des élèves : « À travers la vidéo-surveillance pour les mesures de lutte contre la tricherie, nous voulons évaluer le niveau des enfants eux-mêmes, ce que les enfants valent. Nous voulons évaluer la valeur intrinsèque des enfants et non, des résultats de tricherie.» Consciente néanmoins que malgré toute la garantie qu’offrent ces caméras placées à des endroits stratégiques dans dix centres pilotes sur l’ensemble du territoire national, la part des hommes ne saurait être négligeable dans la détection des manœuvres frauduleuses, la ministre sollicite également la vigilance de tous les acteurs :« Nous encourageons tout le monde à nous aider dans ce sens, à faire en sorte que les résultats soient des résultats sortis des tripes des enfants »

Ministre de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation

Par ailleurs, convaincue de ce que l’examen de fin d’année permet d’évaluer les valeurs intrinsèques des élèves, Pr. Mariatou Koné a demandé aux élèves d’écrire ce qu’ils ont appris au cours de l’année scolaire, sans céder à la tentation de la fraude. « Cette année, nous avons eu une année scolaire normale, il n’y a pas eu de mouvement particulier, donc le quantum horaire a été atteint. Si vous avez bossé tout ce qu’on vous a appris, vous allez avoir votre examen », a-t-elle lancé.

Pour Koné Yénataban, chargé de la supervision du projet, des caméras installées au lycée de jeunes filles Mamie Houphouët Faitai d’Abidjan-Bingerville et dans d’autres centres permettent d’avoir une vue d’ensemble sur tous les autres centres de composition sur l’étendue du territoire national. « Ces caméras sont installées dans des endroits stratégiques dans la cour de l’école. Quand il y a un mouvement suspect, nous, équipe de supervision, avons la possibilité de voir dans les moindres détails ce que les fraudeurs font.», a-t-il déclaré.

Il a par la même occasion révélé que pour cette phase pilote au Bepc, ce sont 10 villes qui sont concernées, tout en précisant que pour le Baccalauréat, la vidéo-surveillance couvrira toute l’étendue du territoire ivoirien.

Pour la session 2022, ce sont 547 831 candidats dont 264 331 filles et 283 500 garçons qui affrontent les épreuves y compris 14 223 candidats au test d’orientation en seconde dans 875 centres de composition.

Raoul HOUNTONDJI

Partager

Articles similaires

Sénégal : « Nous savons ce qu’il vit et ce qu’il ressent. On ne peut pas gagner tout le temps », Ousmane Sonko à Macky Sall

Raoul HOUNTONDJI

Togo: de 3120, le gaz de 6 kg passe à 5400 FCFA

Venance TONONGBE

Jean-Luc Mélenchon: Dans le sillage des Gilets jaunes, il marche sur la France en octobre contre la vie chère

Raoul HOUNTONDJI

Laissez un commentaire