lamétéo.info
Actualités

PMNCH alerte : Covid-19, guerre en Ukraine… mettent en danger les progrès en santé et le développement

Partager

Les conflits armés, les phénomènes climatiques extrêmes et l’impact économique de la pandémie du Covid-19, constituent de sérieux risques pour les décennies de progrès réalisés en matière de santé et de développement et indique de ce fait, la nécessité d’actions urgentes. C’est ce qui ressort du communiqué de presse du Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant (Pmnch) à l’issue du sommet sur le thème « Des vies en jeu : honorer ses engagements dans les contextes humanitaires et fragiles » le 19 mai 2022.

« Le monde est confronté à des crises humanitaires d’une ampleur sans précédent. Les conflits, les extrêmes climatiques et l’impact économique de la pandémie du Covid-19 constituent un trio dangereux qui risque de compromettre des décennies de progrès réalisés sur le plan de la santé et du développement social des femmes, des enfants et des adolescents issus des couches les plus pauvres et les plus vulnérables du monde », a indiqué Pmnch.

Le communiqué indique que les effets des situations de conflits armés dans le monde dont la guerre en Ukraine, obligent plus de deux milliards à vivre dans des régions en crise humanitaire et fragile. « Les conflits, les instabilités politiques, la pandémie du Covid-19, l’insécurité alimentaire, la récession économique mondiale et les changements climatiques affectent la santé et les opportunités des citoyens les plus pauvres et les plus vulnérables du monde, notamment dans la région du Sahel en Afrique », a noté le communiqué.
Selon Dr Margaret Agama-Anyete, directrice par intérim du département Santé, affaires humanitaires et développement social de l’Union africaine, « 80% des crises humanitaires mondiales se retrouvent aujourd’hui en Afrique. Et des situations comme celles du Sahel, dans la Corne de l’Afrique, de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique australe ne font qu’aggraver cette situation ». Elle reconnait par ailleurs que « des facteurs exogènes comme la guerre en Ukraine contribuent également à compromettre les progrès accomplis sur le plan de la nutrition et de la santé sexuelle et reproductive. À cela s’ajoute le fait que le continent dans son ensemble n’est pas préparé et ne dispose pas de systèmes de défense adéquats pour faire face à bon nombre de ces problèmes qui entraînent des situations humanitaires. Et bien sûr, nous ne pouvons pas oublier la question du changement climatique et des situations humanitaires liées au climat. »

Selon Très Hon. Helen Clark, présidente du conseil d’administration du Pmnch et ancienne première ministre de la Nouvelle-Zélande, « la question que nous devons nous poser, ainsi qu’à nos dirigeants politiques, est de savoir quel genre d’ordre mondial nous construisons pour nos enfants. S’agit-il d’un monde marqué par des urgences sanitaires mondiales, des catastrophes climatiques, la famine, la guerre, l’inégalité des sexes et une pauvreté croissante ? Ou un monde tel qu’envisagé par les Objectifs de Développement Durable, où la couverture sanitaire universelle et un avenir meilleur et plus durable sont une réalité non pas de certains, mais de tous. »

Les délégués lors du sommet « ont appelé à un investissement multisectoriel urgent pour assurer la continuité des services et des soins de santé pendant la réponse à la pandémie et le rétablissement, avec un soutien supplémentaire pour ceux qui sont confrontés à des situations humanitaires et fragiles ».

Ce sommet virtuel ‘‘Des vies en jeu’’ a rassemblé près de 900 participants de plus de 90 pays pour discuter des défis à relever pour protéger la santé et le bien-être des femmes, des enfants et des adolescents dans le contexte de Covid-19 et de l’instabilité croissante dans le monde, ainsi que des politiques et des investissements financiers nécessaires pour assurer la continuité des services vitaux.

Dans un précédent communiqué de presse, Pmnch a indiqué les risques que font encourir aux enfants, le défaut de vaccination dans les zones en proie aux conflits armés. Il note également que la moitié de la population dont 10 millions d’enfants sont éprouvés par les conflits armés et a besoin d’une aide humanitaire d’urgence.

Joseph TOMONDJI

Partager

Articles similaires

Bénin BAC 2021: Retrait des relevés de notes à partir du lundi 26 Juillet 2021

Venance TONONGBE

Journée nationale de l’Arbre au Bénin : Face aux changements climatiques, voici les arbres résilients à planter

Venance TONONGBE

Identification des victimes de l’incendie de Sèmè-Podji : Le Gouvernement béninois prend une décision

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page