lamétéo.info
Actualités

Faire renaître l’investigation journalistique au Bénin : le Consortium Banouto et Café Médias Plus posent un acte

Partager

L’investigation manque cruellement dans les productions journalistiques au Bénin. C’est le constat qu’a fait le club press Café Médias Plus et le consortium Banouto, son partenaire avec l’appui de l’ambassade des États-Unis au Bénin, en organisant le vendredi 13 mai 2022, un atelier de partage de bonnes pratiques en journalisme d’investigation.

« Différents rapports au Bénin ont montré depuis plusieurs années que parmi les problèmes de la presse béninoise figure la rareté des genres majeurs notamment l’investigation journalistique », a déploré Léonce Gamaï, coordonnateur du projet au sein du consortium en justifiant l’événement. Il reconnait que c’est le contexte qui rend difficile l’exercice de l’investigation, c’est pour cela qu’« il faut créer le cadre afin de faire en sorte que d’autres confrères puisse également s’embarquer dans cette dynamique ».

Cérémonie d’ouverture

L’importance des genres d’investigation pour la délivrance des cartes de presse a été indiquée par le conseiller Franck Kpochémè, représentant le président de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication à l’ouverture de la cérémonie. « Pour avoir la carte de presse, il faut venir d’une école de journalisme ou soit, il faut fournir des productions journalistiques dont une douzaine d’investigations », a-t-il rappelé.

Cette importance a rencontré l’adhésion du Directeur des affaires publiques représentant l’ambassadeur des États-Unis près le Bénin, Christopher Helmkamp qui veut de cet atelier, un vivier de journalistes d’investigation.

« Le présent atelier organisé dans le cadre du projet Banouto investigations se penche sur les meilleures pratiques en matière de journalisme d’investigation allant de la manière de faire en bon reportage d’investigation en passant par la question de financement et de la collaboration entre journalistes. Un tel contexte pour cette formation est promoteur pour le futur du journalisme d’investigation au Bénin. Nos défis sont nombreux mais nous sommes convaincus que de telles initiatives peuvent faire progresser le journalisme d’investigation et intéresser davantage des journalistes à sa pratique », a-t-il déclaré.

Et de promettre le soutien continu de l’ambassade aux projets allant dans le sens de la promotion des médias. « L’Ambassade des États-Unis s’engage quant à elle continuer à soutenir le développement de la profession de journaliste ».

Présent à cet atelier, Gildas Oloushégoun Aizannon, conseiller technique aux médias du Ministère du Numérique et de la digitalisation rappelera que « la thématique de cet atelier est d’intérêt pour le développement de notre pays. La presse est bonne pour nous informer. Elle est bonne pour nous éduquer, elle est aussi bonne pour nous discipliner, donc utile pour renforcer la démocratie. »

Les panels

Après la cérémonie d’ouverture, trois différents panels ont meublé l’atelier. Le premier panel animé par les confrères Éric Guédénon de « Canal 3 Bénin », Falilatou Titi du média en ligne « Banouto » et Josué Mèhouénou du journal du service public « La Nation », est intitulé : « Comment réussir une bonne enquête journalistique ».

Le deuxième panel composé de Olivier Ribouis de « Banouto » et Flore Nobime, une journaliste d’investigation, en freelance s’est penché sur les sources de financement des enquêtes journalistiques : cas des organes de presses et des journalistes freelance.

Panel 2

Quant au dernier panel animé par Hervé Kingbèwé de « Banouto » et Venance Tonongbé de « La Météo », a permis aux participants d’avoir des secrets de réussite sur le journalisme d’investigation collaboratif.

Panel 3

A propos du projet du consortium Banouto

Il réunit des journalistes d’investigation issus de plusieurs médias et des journalistes freelance.
Ces journalistes se sont déployés sur le terrain pour faire des enquêtes sur des sujets de préoccupation des sujets ayant trait aux défis socio-économique et sécuritaire.

C’est le résultat de ces enquêtes qui a servi d’ateliers de partage de bonnes pratiques en deux volets : le premier atelier s’est tenu ce 13 mai et un second est prévu pour le 27 mai à Parakou.
Enfin, une troisième activité sera consacrée à la réalisation de deux émissions, une émission radio et une émission télé de promotion du journalisme d’investigation.

Notons que l’investigation journalistique nécessite de la culture et une spécialisation du journaliste. L’ancien conseiller à la Haute Autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) Agapit Maforikan et le fondateur du Think Tank I-Médias, institutut pour la modernisation de l’écosystème des Médias en Afrique Vianney Assani, l’avaient souhaité de tous leurs vœux vendredi 13 mai 2022.

Joseph TOMONDJI

Partager

Articles similaires

Présidentielle 2021 au Bénin : Ce que propose le duo Kohoué-Agossa en matière de relation diplomatique

Venance TONONGBE

Habib Ahandessi: Mis aux arrêts au Bénin, il s’excuse publiquement à l’endroit du gouvernement

Raoul HOUNTONDJI

Fonds national pour le développement agricole: déjà 2 milliards débloqués pour 65.000 producteurs béninois

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire