lamétéo.info
Actualités

« Les terroristes montrent qu’ils ont une vraie stratégie de guerre »: Hermann NOUNAWON KÉKÉRÉ relève deux leçons après l’attaque du lundi au Bénin

Partager

Conseiller en droits humains et prévention de l’extrémisme violent et religieux au Mali sur le projet, “Réduction de l’extrémisme religieux par l’école”, Hermann NOUNAWON KÉKÉRÉ s’est prononcé sur la récente attaque terroriste enregistrée au nord-ouest du Bénin. Dans une interview accordée à La Météo, il décrypte les messages que tentent de faire passer les auteurs de l’attaque du lundi 11 avril ayant coûté la vie à cinq soldats de l’armée béninoise, dans un contexte où le pays abrite depuis ce même lundi, la 16ème réunion des chefs des services de renseignements et de sécurité de « l’Initiative d’Accra ». Interview !

La Météo : Quelle lecture faites-vous de la nouvelle attaque terroriste dont notre pays est victime le lundi dernier ?

Hermann NOUNAWON KÉKÉRÉ : Je compatis aux douleurs des familles et je m’incline devant la mémoire de nos soldats tombés dignement sur le champ de bataille. Cependant, c’est une attaque opportuniste et non idéologique. C’est triste parce que ces gens-là ( terroristes) jouent aussi facilement avec la vie humaine qui ne représente rien pour eux.

Pourquoi parlez-vous d’“attaque opportuniste en non idéologique” ?

D’abord, le Bénin vient de nommer son nouveau Chef d’État-major des armées et les terroristes, en bon combattants ont voulu rappeler à la bonne attention du chef militaire de leur ennemi, qu’ils existent et qu’ils ont toujours la capacité de nuisance. C’est une stratégie de guerre bien connu dans le monde terroriste.

LIRE AUSSI : Lutte contre le terrorisme au Bénin : ce que Hermann Kékéré dit de l’armée béninoise

Le second élément d’analyse est que l’attaque a eu lieu alors que se déroulait sur le sol béninois la rencontre des services de renseignement de certains pays de la CEDEAO. Par cette attaque, les djihadistes ont voulu passer un message clair : malgré vos moyens sophistiqués, nous avons encore la capacité de vous frapper. L’objectif n’est pas de faire une quelconque propagande islamiste ou religieuse. Le but est de montrer que les services de renseignement ont échoué dans les systèmes de renseignement. Ils ont voulu aussi rappelé à l’opinion nationale et régionale qu’ils suivent parfaitement les activités publiques de leurs adversaires. Cela montre que ce ne sont pas des ignorants, des marginaux encore moins des ennemis de l’information. Ils suivent tout et s’adaptent.
A travers ces deux éléments, on peut conclure que les terroristes, malgré qu’on les prenne à tort pour des brutes et des personnes non réfléchies, nous montrent qu’ils ont une vraie stratégie de guerre.

Selon vous, il y a-t-il un échec des services de renseignement en Afrique ?

Avant de parler d’échec, il faut d’abord se demander s’ils ont les moyens d’avoir le renseignement. Personnellement, je ne pense pas que les services de renseignement en Afrique aient les moyens nécessaires contre le terrorisme.

Primo, le terrorisme auquel nous assistons à notre époque n’est que la réponse de nos choix politique de développement des 30 dernières années. Nos dirigeants ont délaissé une bonne partie de nos territoires qui se sont transformés en des zones de non droit, abandonné et les populations exclues de la Nation. La nature ayant horreur du vide, les vendeurs d’illusion, les fondamentalistes ont occupé le terrain. Imaginez qu’il y a des zones au Mali, Togo, Burkina Faso, Nigéria et même le Bénin, où les populations n’ont même pas l’eau potable mais les gouvernements autorisent des ONGs religieux à y construire des mosquées, des églises et autres. Ce choix est un message envoyé aux populations pour leur dire, si vous avez des problèmes, adressez-vous à l’Imam ou au pasteur, rendant ainsi l’État inexistant.
Secondo, le premier point a entrainé le désamour des populations vis-à-vis de l’État. Et les fondamentalistes en ont profité pour vendre la mauvaise idée selon laquelle il faut chasser l’État qui ne s’est jamais occupé de vous et de vos problèmes.

LIRE AUSSI : Terrorisme au Bénin : Hommage et inhumation de militaires tués lundi dans une attaque

La conséquence de ce désamour est que la population n’a plus confiance aux structures de l’État. D’où la difficulté aux structures des États qui luttent contre le djihadisme d’avoir de bons renseignements et en temps réel. Qui va les informer ? Les populations que l’État a abandonné depuis des décennies ? Le renseignement humain est et demeure encore, malgré toutes les technologies, une source importante et capitale.
Cette situation est un grand défi pour nos pays africains. Comment faire la guerre et créer un bon sentiment d’appartenance de nos populations à l’État. C’est là le challenge.

Pour finir, je renouvèle toute ma compassion pour notre armée et Plaise à Dieu d’accueillir l’âme de nos héros dans sa grande félicitée.

Venance TONONGBE

Partager

Articles similaires

Sommet de l’entrepreneuriat au Bénin : Des opportunités d’affaires offertes aux jeunes diplômés de l’UAC

Venance TONONGBE

Moele-Bénin prend du poids avec Mojedec dans la 6è circonscription électorale

Venance TONONGBE

Sécurité alimentaire au Bénin : saisie de près de 400 tonnes d’engrais et intrants subventionnés

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page