lamétéo.info
Actualités

Vie chère au Bénin: « Les travailleurs sont à bout » : Chadaré de la COSI-Bénin a des solutions pour le gouvernement

Partager

Insatisfait à l’instar de ses pairs aux sorties de à la rencontre des syndicalistes avec madame le ministre du travail et de la fonction publique, Adidjatou Mathys, jeudi 10 mars 2022, le Secrétaire général de la Confédération des Organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin), a révélé à La Météo, les pistes de solutions proposées au gouvernement pour une sortie de crise. Elles vont de la résurrection de l’Onasa à la relecture du Code général des impôts.

« Faire revenir l’Onasa (Office national d’appui à la sécurité alimentaire ndlr) pour réguler les prix des produits du marché ». C’est l’une des solutions trouvées par Noël Chadaré pour arrêter la flambée exagérée et incontrôlée des prix qu’il qualifie de « libéralisme outrantisme sauvage ». Car « les travailleurs sont à bout. Et la patience qu’on leur demande à des limites». Pour lui, l’Onasa est un moyen régulateur qui a fait ses preuves par le passé. En effet, cette structure de l’État permettait à rendre disponible le riz, le maïs et d’autres produits à prix subventionnés pour soulager les consommateurs une fois ces produits de base se font rares sur le marché et deviennent chers. Il souhaite donc que l’Etat fasse renaître cette structure afin de réguler les prix de produits de premières nécessités.

Toujours dans le souci de baisser le coût de ces produits de premières nécessités, il propose une révision à la baisse des taxes dont ils font l’objet. « Il faut baisser les taxes sur les produits importés qui sont les produits de premières nécessités tels que le riz, les pâtes alimentaires etc», a-t-il proposé.

Ces taxes étant fondées sur une loi : le Code général des impôts 2022, il suggère une relecture immédiate de ce code aux fins de corriger les injustices qu’il a créées et d’adapter ses dispositions aux réalités financières du commun des Béninois. « On a demandé la relecture du Code général des impôts de 2022 qui a créé des injustices qui ont engendrées la baisse de pouvoir d’achat des travailleurs », a-t-il souligné.

Le Code général des impôts entré en vigueur en depuis janvier 2022, n’a cessé de provoquer des grincements de dents au sein de l’opinion publique.

Joseph TOMONDJI

Partager

Articles similaires

Boni Yayi en campagne pour les législatives : « C’est son choix mais nous avons suffisamment été édifiés…» [le Porte-parole du gouvernement]

Venance TONONGBE

Quid des AME non redéployés après les anciens tests : Réponse du Porte-parole du gouvernement

Venance TONONGBE

Sentiment anti-Français en Afrique : voici le montant pour brûler un drapeau français selon Marc Vizy, Ambassadeur de France au Bénin

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page