lamétéo.info
Actualités

Vie chère au Bénin: « Un gouvernement responsable ne peut pas se cacher derrière tout ce qui est exogène et se dédouaner » (Anselme Amoussou)

Partager

La cherté de la vie a été une fois encore au cœur des discussions sur le plateau de Café Média Plus, vendredi 4 mars 2022. L’invité Anselme Amoussou, Secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin), a établi la responsabilité du pouvoir, qui se cacherait derrière la pandémie de Covid-19 pour justifier la flambée des prix que vivent les Béninois.

« Un gouvernement responsable ne peut pas se cacher derrière la Covid-19, derrière tout ce qui est exogène et se dédouaner, pour dire que ce n’est pas ma faute ». Anselme Amoussou conteste l’idée selon laquelle la flambée des prix soit attribuée la pandémie de Covid-19 ou encore à la fermeture de la frontière par le Nigéria, qui sont « des causes exogènes ». 

Anselme Amoussou sur le plateau de Café Médias Plus

Même s’il reconnaît les effets néfastes de la pandémie de Covid-19 et de la fermeture des frontières, il trouve que les vrais raisons de la crise sont ailleurs. Les causes selon lui, de la crise, viennent des réformes du gouvernement ainsi que la mise en œuvre de certaines initiatives des pouvoirs publics. « On sait qu’il y a des réformes, on sait que le code général des impôts, les taxes ont été mises sur les produits, on sait également que le prix de la douane a augmenté sur certains produits. Donc tout cela c’est un ensemble de mesures qui concourent à ce que nous déplorons aujourd’hui », a-t-il fait savoir.
Au-delà de toute considération, le rôle régulateur du gouvernement selon le syndicaliste devrait plus s’exprimer et se manifester face à cette crise, même si cette inflation observée était indépendante de ses initiatives. « On sent de plus en plus l’absence de l’État qui doit réguler, qui doit protéger le pouvoir d’achat, c’est ce qui est dommage », regrette-t-il.

Il souhaite que le gouvernement, « chargé du bien-être collectif et individuel » trouve « l’intelligence pour gérer ce qui impacte directement le citoyen », afin de le rendre moins vulnérable face à la crise. « Le plus grave c’est de sentir qu’on est vulnérable et puis dans cette vulnérabilité, on a personne vers qui se tourner » a-t-il déploré.

Joseph TOMONDJI

Partager

Articles similaires

Habib Ahandessi: Mis aux arrêts au Bénin, il s’excuse publiquement à l’endroit du gouvernement

Raoul HOUNTONDJI

Covid-19 : L’étonnante résilience des acteurs du tourisme dans l’Atacora au Bénin ( 1ère partie)

Venance TONONGBE

Justice et impunité au Bénin : « Il n’y a pas de particularisme à faire…» Wilfried Houngbédji

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page