lamétéo.info
Actualités

Bénin : Le journaliste Constant Agbidinoukoun veut 50 milliards de l’Etat pour la presse béninoise

Partager

Pour venir à bout des difficultés que connait la presse béninoise, l’ancien journaliste de l’Office des Radiodiffusion et Télévision du Bénin (ORTB), Constant Agbidinoukoun propose que le gouvernement y injecte 50 milliards. C’était vendredi 25 février sur le plateau de Café Média Plus.

« Nous méritons plus que 15 milliards au Bénin (montant accordé à la presse au Sénégal Ndlr), il faut 50 milliards ». Selon Constant Agbidinoukoun les organes de presse béninois ploient sous le fardeau du manque de ressources qui engendre un manque d’équipements susceptible d’entraver la bonne qualité des productions de ces médias. Ces fonds permettront selon lui d’équiper les médias.  « Il faut équiper les radios et les télévisions », a t-il déclaré décrivant les conditions défavorables de travail de certaines radios et télévisions qu’il a visitées et dont le matériel ne permet pas de répondre aux exigences professionnelles de l’ère du numérique. « Je suis allé dans des rédactions. On n’a même pas d’ordinateurs. On devrait avoir au minimum trois ordinateurs qui soient fonctionnels, qui soient en bon état et une imprimante. C’est des outils indispensables de travail », a relevé l’ancien journaliste du média du service public.

Constant Agbidinoukoun, à gauche sur le plateau de Café Médias Plus

En plus de l’équipement des médias, ces fonds doivent contribuer selon lui, à un renforcement des capacités des acteurs des médias afin de garantir le professionnalisme dans les productions médiatiques. « On doit mettre un milliard à la disposition de la HAAC (Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication Ndlr) pour former, uniquement former. Depuis 1996, on n’a plus jamais formé les journalistes » s’est-il désolé. Ce professionnel des médias et enseignant dans des écoles de journalisme admet par ailleurs, que ce financement de la presse pourrait s’échelonner sur plusieurs années en fonction des priorités existantes. « Les 50 milliards peuvent être sur cinq ans. On voit les priorités chaque année. On ne peut pas réunir et régler toutes les priorités en une année » a-t-il reconnu.

Pour rappel, décryptant l’état de la presse au Bénin le 21 janvier dernier, l’expert en stratégie média et communication, Gérard Guèdègbé, avait lui aussi approuvé la nécessité de la formation des professionnels des médias, surtout à l’ère du numérique.

Joseph TOMONDJI

Partager

Articles similaires

Universités publiques au Bénin : de nouveaux responsables nommés en Conseil des ministres du 20 juillet 2022

Venance TONONGBE

Bénin : le Conseil des ministres ramène les tarifs d’électricité à la baisse

Venance TONONGBE

Bénin| Refus du culte de la personnalité du président Talon : Acte 2 du communiqué du 11 décembre 2018

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire