lamétéo.info
Tech

Communauté Francophone DFI: Voici comment les technologies et les produits financiers digitaux peuvent dynamiser les chaines de valeur agricoles en Afrique

Partager

Digital Frontiers Institute (DFI), dans le cadre de ses activités a organisé un webinaire le samedi 24 Juillet 2021 en vue de permettre de découvrir quelques initiatives digitales sur le continent qui contribuent à l’amélioration des rendements, à un meilleur accès au financement et au marché des petits exploitants agricoles.

Le développement du secteur agricole et la recherche de l’auto-suffisance alimentaire sont aujourd’hui au cœur des politiques de tous les pays africains. Même si l’option d’un développement industriel de l’agriculture est celle qui fait l’objet des grandes discussions, la réalité est que l’agriculture africaine est avant tout impulsée par de petits exploitants dont la superficie est en général inférieure à 2 hectares. Ces petits exploitants pourvoient pour 70% environ aux besoins alimentaires de l’ensemble du continent africain et ils évoluent dans des chaines de valeur très faiblement organisées et dans une grande précarité. Si l’organisation des chaines de valeur et la mécanisation agricole sont des priorités des politiques de développement du secteur en vue d’une amélioration des rendements agricoles et de la qualité des produits, il est tout aussi important de veiller à ce que les petits exploitants agricoles en tirent profit pour améliorer leurs revenus. A cet effet les produits financiers, les technologies et les canaux digitaux représentent un véritable potentiel pour promouvoir un développement agricole inclusif. A travers ce webinaire, DFI veut mettre la lumière sur quelques initiatives digitales existantes sur le continent qui contribuent à l’amélioration des rendements, à un meilleur accès au financement et au marché des petits exploitants agricoles.

Sous la modération de M. Maxime LOKOSSI, Responsable du Développement de la Communauté Francophone DFI, les panélistes ont entretenu les centaines de participants sur trois points essentiels à savoir : « État des lieux de la pénétration des services financiers numériques dans le secteur agricole et défis liés à l’inclusion financière des petits exploitants agricoles », «Potentialités offertes par les technologies, les produits financiers et les canaux digitaux pour favoriser l’inclusion financière digitale des petits exploitants agricoles et dynamiser l’efficacité des CVA », «Interventions des décideurs politiques et des régulateurs pour favoriser l’inclusion financière digitale des petits exploitants agricoles et dynamiser les CVA ».

Davy Serge AZAKPAME

Un webinaire riche en échanges

Davy Serge AZAKPAME, Expert International en inclusion financière et en services financiers digitaux l’un des panélistes, a reconnu lors de ce webinaire que, les services financiers traditionnels offerts par les IMFs aux exploitants agricoles ne sont pas réellement adaptés à leurs besoins et les conditions et modalités proposées ne leur facilitent pas la tâche compte tenu, de la saisonnalité de leurs activités, du manque de pièces d’identification et surtout des garanties qui leur sont exigées. « Mais avec l’aide des partenaires au développement et des gouvernements, les institutions financières essaient d’adapter de plus en plus leur offre de services et produits financiers par rapport aux besoins de financement du monde agricole et rural » va-t-il préciser.
Il a fait savoir aux participants que le projet intégré de transformation numérique des régions rurales (PITN2R) financé par la Banque Mondiale au Bénin vise à tirer parti des services numériques pour améliorer l’efficience des chaines de valeur ciblées et l’inclusion financière des communautés rurales par la mise en place d’une plateforme numérique partagée pour les institutions de microfinance pour leur permettre la fourniture de services financiers numériques en collaboration avec les opérateurs de transfert d’argent mobile. A terme, « C’est un projet qui va dynamiser la digitalisation des paiements dans les chaines de valeur agricoles (karité, mais, riz, fruits et légumes) et favoriser l’adoption des moyens de paiement mobiles en zones rurales, chose qui va contribuer grandement à l’inclusion financière et numérique des populations rurales » va-t-il ajouter.
Par ailleurs il a noté, malgré l’accès difficile à l’internet et le coût élevé de la connexion sur le continent, les défis liés à la logistique ou encore à la faible appropriation des moyens de paiement électronique, la présence de plusieurs initiatives de plateformes de e-commerce spécialisées dont entre autres JUMIA au Nigéria, Sooretul au Sénégal, GSoko de EAGC (East Africa Grain Council) basé au Kenya, Jinukun au Benin, MarketPlace de la Bourse Agricole et Alimentaire au Togo, et AgriBros Market en RDC qui facilitent la promotion, la mise en réseau des exploitants, la commercialisation et la valorisation des produits agricoles.
Pour finir, il a jugé impérieux que les gouvernants œuvrent pour créer des environnements favorables au développement de l’économie numérique, aux agritech, les fintech et l’e-commerce. Pour lui, les gouvernements doivent évaluer régulièrement les politiques en place qui favorisent ou freinent les efforts de digitalisation et mener des actions ciblées pour renforcer l’écosystème des services financiers numériques surtout en milieu rural. « Les gouvernements peuvent digitaliser les paiements sociaux et fiscaux et mettre en place des mécanismes incitatifs tout en encourageant les opérateurs de téléphonie mobile à étendre la couverture du réseau téléphonique et de l’internet en milieu rural pour permettre la disponibilité des services financiers numériques en zones rurales » va-t-il suggérer.

Rappelons que Davy Serge AZAKPAME est un Expert International en inclusion financière et en services financiers digitaux ayant près de dix-neuf (19) années d’expérience professionnelle dans le domaine de l’inclusion financière, de la finance digitale, de la microfinance, dans le développement des chaines de valeurs agricoles et le renforcement des capacités des institutions financières en Afrique particulièrement au Sud du Sahara.
Il est actuellement Spécialiste Sénior en Finance Numérique auprès du Ministère du Numérique et de la Digitalisation du Bénin pour le Projet Intégré de Transformation Numérique des Régions Rurales, un projet financé par la Banque Mondiale.
Il est titulaire d’un diplôme d’ingénieur agroéconomiste avec une spécialisation en Economie Rurale obtenue au Maroc. IL est aussi un expert certifié en opérationnalisation de la money mobile de la Digital Frontiers Institute, en Financement des PME et en Financement du Changement Climatique et des Energies Renouvelables de Frankfurt School of Management and Finance en Allemagne.


Partager

Articles similaires

Mes prédictions IdO pour 2021: une technologie plus intelligente améliorera les affaires

Venance TONONGBE

Bénin Covid-19: les secteurs d’activités qui ont tiré profit des technologies et applications

Venance TONONGBE

Internet : Samsung ne veut plus de Google sur ses Smartphones

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page