lamétéo.info
Actualités

Présidentielle 2021 au Bénin: Ce que proposent les candidats dans le domaine de l’éducation

Dans le cadre de l’élection présidentielle du 11 avril en république du Bénin, les candidats dans leur programme de gouvernance ou projet de société envisagent reconstruire le secteur de l’éducation. Voici ce que proposent les duos Talon-Talata, Djimba-Hounkpè et Kohoué-Agossa dans le domaine de l’éducation.

Le duo Talon-Talata

Le candidat à sa propre succession, Patrice Talon durant son quinquennat s’est engagé à réformer le système éducatif en priorisant les branches professionnelles techniques et la formation d’excellence… Pour le prochain mandat sa colistière et lui dans leur programme de gouvernance comptent poursuivre l’œuvre : « améliorer la formation générale au primaire et au secondaire à travers le recrutement et le renforcement de la formation des enseignants et la redynamisation des structures d’inspection, donner corps à la mise en oeuvre de la stratégie normale de relance de l’enseignement et la formation technique et professionnelle, poursuivre la formation des enseignants qui a déjà démarré avec l’envoi en Europe d’une première cohorte. D’autres cohortes suivront jusqu’à atteindre un nombre suffisant d’enseignants compétents, entreprendre la reforme de l’enseignement supérieur, concrétiser la mise en œuvre de Sèmè City sur son site dans la commune de Sémé Podji ».

Par ailleurs ces actions doivent permettre de « améliorer la qualité de l’enseignement à travers le recrutement et la formation, généraliser les cantines scolaires à toutes les écoles primaires publiques de notre pays, étendre la gratuité de l’école pour les filles au second cycle du secondaire, encourager l’enseignement des matières scientifiques, techniques d’ingénierie et de mathématiques, promouvoir d’avantage les matières scientifiques dans la formation générale.» Le duo Talon-Talata entend mettre en place aussi, une « Stratégie National de relance de l’Enseignement et de la Formation Technique et Professionnels ( SN-EFTP)». Il souhaite que dès 2023 le Bénin disposera de: « 30 lycées agricoles moderne, cette école des métiers de référence dans les domaines de l’énergie, du numérique des bâtiments et travaux publics, de l’automobile et des équipements industriels, de l’eau et de l’assainissement, des industries du bois et de l’aluminium, du tourisme-hôtelerie-restauration, 17 lycées techniques rénovés et équipés dans les secteurs de l’énergie, du numérique, du cadre de vie-infrastructures-transports et du tourismes-hôteleries-restauration, un nouveau mode de pilotage du système et de gestion des établissements de formation ».

Djimba-Hounkpè

Djimba-Hounkpè

Ce duo de l’opposition constate qu’il y a un « mauvais système de recrutement et de gestion des enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire (aspirants )». Et pour palier à cela les candidats du parti Forces cauris pour un Bénin émergeant (FCBE) proposent « régler le problème des enseignants aspirants, donner une formation adéquate aux enseignants gage d’un encadrement sérieux des apprenants, garantie les chances d’accès à enseignement maternel, primaire à tous les enfants en âge d’être scolarisé» et «d’assurer l’accès de tous à une éducation et formation de qualité, d’égalité et d’apprentissage tout au long de la vie ». Pour se faire, Alassane Soumanou Djimba et Paul Hounkpè entendent, «veiller à une répartition spatiale, veiller à une répartition spatiale, équilibré des infrastructures scolaires et à la réduction des disparités du genre ». Ensuite, le duo Djimba-Houkpè promet améliorer la vie des étudiants: «Encourager la création des centres universitaires thématiques; Revoir le système d’inscription des étudiants dans les universités du Bénin; Repenser le système d’allocations universitaires; Revoir la gestion des œuvres universitaires; Décentraliser les services de la Direction des Bourses et Secours Universitaires (DBSU); Restaurer les élections des doyens et leurs vices par leurs pairs dans les facultés; Elargir les offres de formation continue; Proposer de nouvelles filières pour répondre aux besoins du développement; Financer la recherche universitaire; Réhabiliter les Ecoles Normales des Instituteurs; Créer des lycées techniques.»

Le duo Kohoué-Agossa et l’éducation

En constatant une « insuffisance de personnel enseignant aspirant », le duo du mouvement Restaurer la Confiance (RLC) propose de « rendre obligatoire et gratuit le cycle primaire, recruter du personnel enseignant qualifié et en quantité suffisante, introduit l’anglais et une langue nationale, suivant la région dans les programmes d’enseignement préscolaires et primaires, former le personnel pour améliorer la qualité de l’enseignement destillaire, introduire le numérique dans l’offre éducative ». Quant à l’enseignement supérieur, le duo promet de «revoir le mécanisme d’attribution des bourses et secours universitaires, créer de nouveau status des universités publiques avec une forte implication des chefs d’entreprises dans les conseils d’administration » une fois au pouvoir.

Chacun des candidats à une vision différente de la démarche à suivre pour booster le secteur de l’éducation au Bénin. Toutefois, ils s’accordent tous sur le fait que l’éducation doit accoucher le développement. Ainsi, Talon-Talata promet de mettre l’accent la formation professionnelle et technique tandis que le duo Djimba-Hounkpè envisage d’assurer l’accès de tous à une éducation. Quant à Kohoué-Agossa, a à cœur le maillage éducation-emploi.

Pélagie ADJOKPO

Related posts

Restitution des trésors culturels : la France doit enfin entrer dans l’histoire !

Venance TONONGBE

Appel à l’isolement du Bénin : Céphise Béo Aguiar en appelle au devoir de sagesse des anciens dirigeants du pays

Venance TONONGBE

Présidentielle au Bénin: Le duo Kohoué-Agossa à l’assaut de Porto-Novo

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire