lamétéo.info
Actualités

Présidentielle au Bénin: les attentes des vendeuses de fruits de Golo-Djigbé

À l’approche du scrutin présidentiel du 11 avril au Bénin, les nombreux cas d’accident de circulation enregistrés sur l’axe Abomey-Calavi- Allada ont placé la construction d’une seconde voie bitumée au cœur des priorités des vendeuses de fruits de l’arrondissement de Golo-Djigbé, elles aussi usagers de la route. Lameteo est allé à la rencontre de ces dames à une vingtaine de kilomètres de Cotonou.

En face du marché de Golo-Djigbé. Le long des trottoirs de la voie bitumée Abomey-Calavi-Allada, à un jet de pierre du commissariat de police. Les abords de la voie colorés de fruits de saison grouillent de vendeuses et clients. Ici, c’est un “marché de fruits” à ciel ouvert : Bananes, ananas, mangues, oranges, avocats… Il est 18 heures ce 21 mars. Quelques heures plutôt, un accident de circulation entre deux conducteurs de véhicule, l’un à deux roues et l’autre à quatre roues hante les esprits.

Passée l’indignation, les attentes des vendeuses de fruits du futur président. « Le prochain Président doit nous construire une nouvelle route », exige Jeanne Akotegnon, étudiante et vendeuse de pastèques et de choux à Golo-Djigbé.
Elle précise qu’elle a d’autres préoccupations mais sa priorité, c’est la protection de la vie humaine. « Mes clients doivent être en vie avant de penser à acheter chez moi » a-t-elle ajouté. Non loin d’elle, Emmanuela Odi, elle aussi vendeuse mais d’ananas et d’oranges à la même attente : « Nous voulons une double voie bitumée pour vendre en toute quiétude. Que celui qui sera élu président tienne compte de cela. »

Dame Emmanuela Odi

Trop c’est trop”, lance quelqu’un dans la foulée. Un autre rappelle que le ministre des transports avait pourtant par un communiqué en date 25 février 2021, a demandé aux conducteurs de limiter la vitesse de circulation à 50 km/h sur cette voie dénommée “route nationale n°2, section Zè plaque-Akassato.

Même tonalité chez d’autres vendeuses de fruits à la sauvette pour qui les abords des routes constituent un lieu de commerce et qui refusent de rester dans le marché construit pour les accueillir.

Une attente bien particulière

Pour dame Evelyne Oussoukpevi, la soixantaine, sa préoccupation est liée à la carte biométrique, présentée comme la pièce indispensable pour mener des opérations vitales. « Nous voulons du Président de la République une seule chose : la nouvelle carte biométrique. Pour aller à l’hôpital, faire des prêts, c’est cette carte. Qu’on nous l’établisse gratuitement à toutes les femmes d’ici », a-t-elle expliqué.

Ainsi, en attendant de connaître ce que propose les candidats à l’élection présidentielle d’avril prochain dont la campagne démarre le 27 mars, les vendeuses de fruits de l’arrondissement de Golo-Djigbé ont exprimé leur besoin.

Arnaud CHAMILOKO

Related posts

Bénin : 2328 enseignants aspirants supplémentaires attendus à la rentrée

Venance TONONGBE

Camp mondial d’IYF de la jeunesse 2020 : participants, invités, discours… le bilan !

Venance TONONGBE

Suspension de Moudassirou Bachabi de la tête de la Cgtb : Todjinou en médiation

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire