lamétéo.info
Actualités

JIF2021: “ Changeons de perception pour un 8 mars qui valorise”, le message de Raïmath MORIBA de FED-ONG

« Il est venu le temps de soigner les blessures, en changeant de paradigmes. Le temps des festins et des activités multiples autour du 08 Mars doit rester loin derrière nous, afin que des actions concrètes autour des questions féminines soient effectives et réglées. Ce faisant, chaque 08 Mars pourra être l’occasion de faire un bilan collectif des avancées qu’on auraient eu le mérite d’enregistrer. » Ces propos ne sont pas ceux d’un homme. C’est bien une femme qui appelle à un changement de paradigmes pour que chaque 8 mars, le monde entier enregistre des avancées sur les questions de la condition de la femme. Dans un message, Raïmath Djibril MORIBA, présidente de l’ONG Femmes engagées pour le développement FED, a exprimé sa vision de la célébration de la journée internationale de la femme.
Lire ici l’intégralité dudit message.

“CHANGEONS DE PERCEPTION POUR UN 08 MARS QUI VALORISE…

Plus d’un siècle après l’instauration du 08 Mars par les Nations Unies, il nous paraît fondamental au regard des dérives que nous observons à notre époque, de repenser la journée du 08 Mars c’est à dire la Journée Internationale de la femme. En effet, depuis la prise de la résolution en 1977 par L’ONU, le 08 Mars est devenu l’apanage des cérémonies de grands rassemblement festifs au moyen de séminaires, de colloques ou de marches Pacifiques, pour solliciter la réclamation de Droits non appliqués ou non acquis.

En Afrique, où les inégalités liées au Droits sont encore perceptibles, il urge de travailler à un changement de paradigmes non seulement en ce qui concerne les méthodes d’actions mais aussi et surtout, sur les perceptions sociologiques rétrogrades que l’opinion( Nationale et internationale) se fait des femmes. Il est aujourd’hui clair, que les problèmes liés au genre féminin, ne se limitent plus à l’absence totale de Droits. Les Droits en général existent et c’est surtout au niveau de l’application réelle des lois légiferées à l’endroit des femmes, qu’il faut encore déployer des efforts à travers le monde. Car malgré tout l’arsenal juridique existant, il n’est pas rare, de voir des femmes à travers le monde qui continuent d’être des victimes silencieuses de ce qu’il convient d’appeler des discriminations axées sur le genre. C’est pour cela, qu’il est venu le temps de soigner les blessures, en changeant de paradigmes. Le temps des festins et des activités multiples autour du 08 Mars doit rester loin derrière nous, afin que des actions concrètes autour des questions féminines soient effectives et réglées. Ce faisant, chaque 08 Mars pourra être l’occasion de faire un bilan collectif des avancées qu’on auraient eu le mérite d’enregistrer. Il est clair que, le faussé notoire que l’on note, dans l’implication des femmes dans les sphères de prises de décisions dénote des conceptions sociologiques rétrogrades qui sont encore de mises. Ainsi, pour que les prochains 08 Mars, soient enfin, valorisant pour la femme, il faut absolument que ces questions soient réglées à travers le changement de paradigmes. Il faut en effet, oeuvrer pour que les mentalités et les certitudes que la société se fait de la femme, changent et évoluent selon la société moderne dans laquelle on se retrouve aujourd’hui. D’ailleurs, un dicton populaire Africain dit que si la cadence Change, il faut aussi changer le rythme de la danse. Nous sommes donc, venu à un moment où, nous devons brisés les lignes, pour changer de paradigmes. A travers ce changement, les conceptions que l’on a de la femme seront améliorées et modernisées. Ainsi, on ne parlera plus d’un 08 Mars pour revendiquer des Droits, mais d’un 08 Mars pour faire strictement le bilan des acquis. Progressivement, nous en viendront à un 08 Mars qui n’existerait que, comme une journée de souvenirs de ses militantes et ne sera plus l’occasion d’innombrables revendications comme c’est le cas aujourd’hui. La cerise sur le gâteau, chaque année on se donne une bonne occasion pour fêter la JIF à travers un thème qui ma foi n’apporte pas un plus à l’amélioration des conditions de vies des femmes.

Il urge alors, de nous engagés tous, pour un 08 Mars tous les jours, et non pour un jour. Voilà la thérapie que nous proposons pour que la femme, son être soit valorisé et placée sur le piédestal d’un être identique au genre masculin avec seulement quelques spécificités. Pour ce 08 Mars, voilà ma part d’humanité que je partage avec vous.

Joyeuses célébrations à toutes et tous!

Raïmath DJIBRIL MORIBA

Related posts

Présidentielle 2021 au Bénin : Voici le programme du duo Talon-Talata sur la décentralisation

Venance TONONGBE

Crise à la ‘’Renaissance du Bénin’’ : « Dans deux ans Léhady sera remis à ses parents comme ils le veulent », prédit Marc Okry, expert en Gouvernance

Venance TONONGBE

Bénin: liste des mutations des enseignants du secondaire de l’Atlantique au titre de l’année 2020

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire