lamétéo.info
Politique

“Projet pour un Bénin démocratique” ou le livre qui fait l’état des lieux de la démocratie, disponible

Un livre qui présente le Bénin sous un angle qui échappe souvent à certains observateurs vient de paraître sous la plume du politologue socio-économiste Richard Boni Ouorou. Celle d’une démocratie en construction qui n’a fondamentalement jamais existée au Bénin depuis 1990 et qui ronge l’économie béninoise, à laquelle il faut apporter des solutions.

Invité le vendredi 16 octobre 2020 à Café Médias Plus, le politologue et socio-économiste, auteur du livre, Richard Boni Ouorou, a affirmé que le livre “Projet pour un Bénin démocratique en finir avec la corruption et la pauvreté” dresse un état des lieux de la démocratie au Bénin depuis 1990 à aujourd’hui. Les chapitres successifs présentent un état des lieux de ce qu’on appelle la démocratie au Bénin pour arriver à la conclusion que son pays n’a jamais été en démocratie contrairement à certaines opinions.
« La démocratie, si pour plusieurs, cette notion revient beaucoup trop souvent dans le vocabulaire politique ces dernières années, c’est parce que ces frontières sont restées floues au point ou il est assez aisé aujourd’hui de se poser la question à savoir si nous étions en démocratie. A la question, la réponse est bien évidemment non », soutient le politologue Richard Boni Ouorou.

L’invité Café Médias Plus explique que le Bénin a connu et connait toujours, en réalité, un système hybride à cheval entre “l’autoritarisme et démocratie électorale”. « Les béninois n’ont jamais connu une pleine démocratie, nous avons connu de 1990 a ce jour, un système hybride entre autoritarisme et démocratie électorale. Le seul fait d’organiser des élections, n’étant pas constitutif à lui seul, d’une vie démocratique prospère. Le -pragmatisme- et l’universalité des institutions ainsi que des instruments qui les orientent, sont la base.»

Pour le politologue, même si certains observateurs estiment que l’organisation régulière des élections est un élément fondamental de la vitalité de la démocratie au Bénin, il pense que ces rendez-vous électoraux sont faits dans l’exclusion et ceci est le propre des régimes au pouvoir qui se sont succédés. « Dans ce même Bénin, si l’exclusion est devenue le terme a la mode pour la classe politique depuis 2019, elle (exclusion) existe depuis fort longtemps et pour rester très près, je voudrais rappeler (…) l’ambition d’un parti unique ou d’une –opinion unique–, qui exclut les autres ne date donc pas d’aujourd’hui….C’est sous Yayi Boni que des milliers de Béninois ont été évincés de la liste électorale, et que ceux choisis par lui ou ses affidés, ont été autorisés à participer à l’élection. Si ce n’est pas ça de l’exclusion, que faut-il encore ? Par conséquent, l’exclusion n’est pas du temps de Patrice Talon, le système le permet depuis toujours, puisque cette élection qui a exclu la majorité des béninois a été validée par la classe politique et la cour constitutionnelle, sans aucun moyen de recours pour le peuple exclu », s’est-il justifié.

Bannière publicitaire

Les conséquences économiques d’un système hybride

Le contenu du livre révèle que le mélange de l’autoritarisme et de la démocratie électorale a rongé l’économie béninoise qui était en construction sous le régime marxiste en cours avant son avènement en 1990. « Sur le plan économique, la démocratie a relativement tué notre économie dans ce sens, qu’elle n’a pas consolidé la secondarisation de l’économie pourtant amorcé par le régime marxiste », constate le socio-économiste. Et d’analyser : « Avec la mondialisation et l’ouverture des barrières douanières imposées contre de petites monnaies par le FMI et autres, notre économie s’est désolidarisée de sa classe moyenne, a liquidé ses acquis (usine de transformation des matières premières, sobetex, société sucrière de savé etc…) Et s’est extravertie encore plus.»
En outre, il pointe du doigt “les pratiques néolibérales imposées, poussant nos élites à la corruption, fragilisant le tissu social, avec un franc CFA qui nous embarque dans un cycle pervers d’instabilité”.

Ici, interrogés par des journalistes de Café médias plus, via internet, Richard Boni Ouorou décline les grands axes de son livre

Loin d’être un livre qui se contente de faire l’inventaire des mauvaises pratiques sous le couvert d’une démocratie au Bénin, il propose des solutions. Aussi, il aborde la question des relations sociales, socle de la vivre ensemble. « Elles doivent être encadrées et pour cela, qu’il faut des mécanismes efficaces dont le fonctionnement est universel, des instruments du même type, une culture sociale adéquate, une vision d’ensemble », pense Richard Boni Ouorou. En clair, l’auteur pose “la question d’un -État providentiel- avec un schéma de solution assez clair”.

A souligner que le livre est disponible sur toutes plateformes de vente en ligne et sur le site de l’éditeur l’harmattan.fr. Il sera aussi dans les prochains jours dans les librairies béninoises au prix subventionné de l’auteur à 9 000 FCFA au lieu de 12 000F.

Related posts

Moele-Bénin: démission d’un chargé de mission de Jacques Ayadji et de 20 autres membres

Venance TONONGBE

Communales 2020: “ L’heure a sonné pour l’avènement d’un Bohicon nouveau”, se réjouit Elisabeth Agbossaga Jawad dans un message de remerciement

Venance TONONGBE

Bénin| “Nous appelons nos détracteurs à rompre avec la haine et la violence habituelle qui caractérisent leurs acteurs” : Paul Hounkpè à la classe politique

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire