lamétéo.info
Actualités

Suspension du Bénin : “La décision de l’OFPRA est incohérente, incongrue et irrationnelle”, un citoyen réagit

Partager

Un citoyen Béninois ne comprend pas que les raisons qui avaient permis l’inscription du Bénin sur la liste des pays dits sûrs soient rendues publiques et que celles qui militent aujourd’hui en faveur de son retrait ne soient pas connues du pays. Voici ici l’intégralité de son opinion, parvenue à notre rédaction.

“Les incohérences et incongruités de l’OFPRA au sujet de la suspension du Bénin de la liste des pays sûrs !

« Dans sa session du 29 septembre 2020, le conseil d’administration de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) a procédé au réexamen du bien-fondé de l’inscription de la République du Bénin sur la liste des pays considérés comme des pays d’origine sûrs au sens de l’article L. 722-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, établie par décision du 9 octobre 2015 ». Largement commenté, ce communiqué en date du 06 octobre 2020, facile d’accès sur le site officiel de l’OFPRA n’est pas une surprise. Elle étonne plutôt sur le fait que la décision ne soit prise que maintenant en ce que ce faisant l’OFPRA étale son manque de cohérence et donne par là, un peu d’occupation à ces Béninois qui travaillent contre la nationalité dont ils se prévalent pourtant.

Cette décision a tardé à venir dans la mesure où tous les observateurs de la vie publique au Bénin se sont étonnés de ce que qu’une institution supposée sérieuse comme l’OFPRA puisse conseiller à l’Etat français de donner le statut de réfugié à un ressortissant d’un pays inscrit par la même institution, sur la liste des pays sures. La logique aurait été que la décision de retirer le Bénin de cette fameuse liste intervienne soit prise avant l’octroi du statut aux ressortissants du pays concerné. Mais la lecture de cette situation fait remarquer que l’OFPRA n’a pas été seulement incohérente. Sa décision est aussi incongrue et irrationnelle. D’abord parce que si les raisons spécifiques qui ont permis l’inscription du Bénin sur la liste des pays dits sures ont été rendues publiques, celles qui ont milité selon l’OFPRA au retrait du Bénin de la même liste ne le sont pas. En dehors donc des supputations et des joies de personnes qui éprouvent du plaisir à voir leur pays mal loti, personne ne peut énoncer les mobiles qui justifient le retrait du Bénin de la liste. Et on s’étonne de ce black-out dans la mesure où l’OFPRA paraissait sérieuse. Cependant, cet effort d’entretenir le flou orchestré par l’OFPRA ne surprend guère. Il a été capable déjà et depuis plus d’un an de suggérer l’octroi du statut de réfugié à des Béninois notamment en la personne de Sébastien Ajavon, ressortissants de pays encore sûrs. Et quand on revisite les raisons pour lesquelles Sébastien Ajavon, réfugié tout frais, s’est retrouvé à Paris en fuyant la justice de son pays notamment pour trafic de drogue et crimes économiques, on se rend compte rapidement du dilemme de l’OFPRA qu’on voit mal justifier aisément l’octroi du statut de réfugié à un personnage aussi sulfureux que Ajavon. En définitive, Il n’y a donc pas de raisons suffisantes au retrait du Bénin de la liste des pays sures sauf d’expliquer que l’OFPRA veut protéger un trafiquant de drogues et un criminel économique et de surcroît client du garde des sceaux français, avocat de son état.

Malgré son caractère farfelu et détestable pour les raisons évoquées, cette décision a suffi pour des personnes qu’on croirait apatrides ou d’une autre nationalité et qui sont pourtant citoyens béninois. Intellectuellement, il est nécessaire de critiquer une décision prise par une instance comme l’OFPRA en faisant ressortir ses insuffisances aussi. Mais il est difficile de comprendre que des Béninois se réjouissent d’une décision même sans la lire parce que c’est un plaisir pour eux de voir leur pays condamné à l’international. Le problème du Bénin, ce n’est pas les autres. Le problème du Bénin est le Béninois lui même un peu comme le disait déjà le général Kerekou qui dénonçait déjà les “intellectuels et cadres tarés’’ qui se comportent dans leur propre pays comme s’ils étaient à letranger” et qui au nom de l’opposition se réjouissent des condamnations du Bénin à l’international. Walter Zinsou HOUNGBO”


Partager

Articles similaires

Bénin-Évaluation des contrats d’objectifs: 4 directeurs régionaux de la Sbee notés

Venance TONONGBE

Bénin : Des pharmacies fermées à Cotonou

Venance TONONGBE

Cinéma au Bénin : “Allons au cinéma” ou le festival du mois d’avril qu’il fallait aux professionnels et cinéphiles

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire