lamétéo.info
Société

Soutenance de thèse à l’UAC : Mention très honorable avec félicitations du jury pour Miriac Dimitri S. AHOUANSE

Partager

L’Université d’Abomey-Calavi a abrité dans la matinée de ce mercredi 07 octobre 2020, la soutenance de thèse de celui qu’il convient d’appeler désormais Docteur Miriac Dimitri S. AHOUANSE dont le sujet de recherche est intitulé « Approvisionnement en eau de consommation et santé des populations dans la Commune de Lokossa au sud-ouest de la République du Bénin (Afrique de l’Ouest) ». Tout ceci s’est déroulé sous l’autorité d’un jury composé d’éminents professeurs issus de plusieurs nationalités. A l’issue de sa brillante présentation, l’impétrant a été jugé “digne” du grade de Docteur en Géographie et Gestion de l’Environnement dans la spécialité : Environnement, Santé et Développement Durable avec la mention très honorable et les félicitations du jury.

L’heureux du jour entouré par les membres du jury

Face aux membres du jury, le doctorant Miriac Dimitri S. AHOUANSE a restitué les résultats de cinq années de recherches autour du sujet « Approvisionnement en eau de consommation et santé des populations dans la Commune de Lokossa au sud-ouest de la République du Bénin (Afrique de l’Ouest) ».
Pour collecter les données dans le cadre de sa recherche, l’impétrant a utilisé une méthodologie essentiellement qualitative et quantitative. Les données quantitatives ont subi une analyse de type statistique et celles qualitatives une analyse de contenu. A en croire M. AHOUANSE S. Dimitri Miriac, la commune de Lokossa bénéficie d’importantes ressources en eau et le taux de desserte en eau potable est de 83,6 %. Malgré, ce taux largement au-dessus de la norme en milieu rural suite à la mise en place de nombreux ouvrages d’Approvisionnement en Eau Potable (AEP), réalisés dans le cadre des programmes d’hydraulique villageoise, la majorité des populations de la Commune subit des difficultés liées à l’approvisionnement en eau potable. Selon le doctorant, plusieurs facteurs naturels et socio-économiques déterminent l’accès à l’eau de consommation dans la commune. Ces facteurs dit-il ne sont rien d’autres que le substratum géologique, la distance parcourue par les femmes et les filles pour avoir accès à l’eau de consommation, le prix de cession du mètre cube d’eau et les pertes de temps. Tout ceci amène les ménages à recourir à deux sources : sources recommandées (adduction d’eau urbaine, adduction d’eau villageoise, poste d’eau autonome, forage équipé de pompe à motricité humaine, forage artésien, puits moderne) et sources non recommandées (puits traditionnel, citerne, eau de surface).
Ensuite l’impétrant, a exposé les facteurs comportements et environnementaux qui affectent la qualité physico-chimique et bactériologique de l’eau de consommation. Il a fait comprendre que l’eau de consommation est souvent impropre à la consommation depuis la source ou entre le transport et le stockage.

Quid des résultats ?

Les résultats des analyses physico-chimiques et bactériologiques obtenus au cours de l’étude ont révélé la présence de germes pathogènes d’origines fécale et animale dans la totalité des eaux de consommation, prélevées entre le transport et le stockage. Les facteurs qui expliquent la pollution bactériologique de ces eaux sont liés à l’environnement, à l’absence quasi-totale d’un système de gestion des ordures ménagères solides, des eaux usées et des fèces, et aux comportements non hygiéniques de la population (état du récipient de transport, de stockage, et de prélèvement de l’eau, stabilisation de l’eau au cours du transport, lavage des mains, etc.). Cette étude a permis à M. AHOUANSE S. Dimitri Miriac de déboucher sur l’impact de l’approvisionnement en eau de consommation sur la santé des populations de la Commune de Lokossa. Pour finir, il déduit que l’amélioration de la santé de la population de la Commune de Lokossa suppose, outre l’amélioration de la qualité de l’eau à usage domestique, le changement de certains comportements. Ce changement passe par une étude des pratiques comportementales. Un partenariat entre les différents acteurs concernés, l’utilisation de moyens d’animation sanitaire adéquats et des méthodes participatives pourront concourir à l’adoption de ces nouveaux comportements.

Une thèse convaincante

Après avoir suivi rigoureusement et religieusement leur candidat, les membres du jury lui ont fait des observations avant de lui poser des questions auxquelles il a ingénieusement apporté des réponses satisfaisantes. Comblé et convaincu que le sujet choisi par le doctorant est pertinent et d’actualité et que les travaux de recherche ont été menés avec une méthodologie acceptable assortie de résultats scientifiques très avérés, le jury présidé par le professeur titulaire Expédit VISSIN a délibéré AHOUANSE S. Dimitri Miriac, Docteur de l’Université d’Abomey-Calavi en Géographie et Gestion de l’Environnement dans la spécialité Environnement, Santé et Développement Durable avec la mention Mention très honorable et félicitations du jury.

Soulignons que l’heureux du jour, Docteur Miriac Dimitri S. AHOUANSE est un chercheur qui a maximisé beaucoup d’expériences dans l’enseignement secondaire. Professeur Certifié d’Histoire et de Géographie, il a été enseignant en situation de classe, ensuite Censeur et actuellement Directeur de Collège d’Enseignement Général.
Aussi a-t-il bénéficié de l’encadrement des professeurs HOUSSOU S. Christophe et AGOSSOU Noukpo dont la rigueur dans le travail est d’une exemplarité hors du commun. L’admission honorable de AHOUANSE S. Dimitri Miriac dans le cercle des producteurs de connaissance de ce grand temple du savoir illustre correctement les compétences qui le caractérisent. Il compte les mettre au service de sa nation. Vive donc la recherche au service du développement !

Venance TONONGBE

Partager

Articles similaires

Musée de Louvre : un homme interpellé pour être venu “reprendre ce qui a été volé à l’Afrique”

Venance TONONGBE

Origine du mot Bénin et ses villes : Un essai graphique de Joseph Ahissou sur l’histoire du Bénin disponible !

Venance TONONGBE

Santé : Les ordonnances tueraient 7000 personnes par an

Raoul HOUNTONDJI

Laissez un commentaire