lamétéo.info
Actualités

Année de paix, 2020 en sera-t-elle réellement?

19 morts dont 4 femmes et 7 élèves revenant des congés de fin d’année, c’est le triste bilan de l’attentat terroriste survenu à Toeni au Burkina Faso ce samedi. Le lendemain dimanche, ce sont les Shebab, mouvement terroriste somalien, qui frappe le Kenya. Bilan, 15 morts. Avant cette avalanche de violence du nouvel an, ce sont les États-Unis qui avait donné le ton de la rhétorique belliqueuse de l’année 2020 en assassinant le Général iranien Quassem Soleimani, le vendredi 3 janvier. Pendant ce temps, l’Australie lutte depuis cinq mois contre un déluge de feu qui a déjà détruit l’équivalent de deux fois la surface de la Belgique. 

Incendie en Australie, millions d’animaux morts.

A l’orée donc de la nouvelle année, on se rend allègrement compte que 2020 ne sera qu’un 2019 bis en matière de violence et de tueries idéologiques insensées. Alors même que les voeux de paix et d’autres voeux de nouvel an continuent à pleuvoir de partout, les actes de guerre se posent déjà. Assassiner un général iranien en cette période de tension au Moyen Orient n’est pas un acte de paix et les Américains le savent. Prétexter la légitime défense est d’autant plus fallacieux que le meurtre a eu lieu en terrain neutre (Bagdad) où chacune des parties tient à sauvegarder des intérêts stratégiques connus. Encore qu’avant cet assassinat, aucun officiel américain de l’importance du Général Soleimani n’a été tué par les Iraniens.

Seulement, on s’émeut face à la partialité traditionnelle mais de plus en plus suicidaire de la France et de la Grande Bretagne dans cette situation de déclaration de guerre tous azimuts. Plutôt que de condamner pour une fois cette bavure américaine, Macron et Boris Johnson encouragent Trump dans son entêtement à embraser cette partie du monde, apparemment le sport favori des présidents républicains. Le comble du ridicule, c’est quand Macron demande à l’Iran, la victime du moment, une déescalade. Drôle de requête! Selon quelle norme diplomatique internationale la victime doit être invitée à croiser les bras pour continuer à subir les menaces et intimidations de l’agresseur? Pourquoi Macron et le Trump européen Boris Johnson ne demandent-ils pas à Donald Trump de revenir à de meilleurs sentiments pour éviter l’embrasement?

Général Soleimani

Tout porte à croire que certains Occidentaux n’aiment pas la paix. La situation critique de cette partie du monde devrait pourtant les inquiéter. Irak, Yémen, Syrie,… Les foyers de tensions sont déjà énormes pour qu’on en rajoute par des décisions si peu muries comme cet assassinat absurde qui érige les USA au rang d’Etat voyou. Mais le mal est déjà fait! Quassem Soleimani est désormais un martyr iranien dont l’Iran voudra venger la mort à tout prix. Alors, au lieu de continuer à menacer de s’en prendre à 52 sites iraniens, Trump devrait revenir à la réalité des risques inutiles qu’il fait courir à la planète. Le rapport des forces n’est pas à sa faveur si la Russie prenait le parti de l’Iran. Raison de plus pour qu’il fasse profil bas. Le monde a plus que besoin de paix aujourd’hui. Il ne faudrait donc pas que pour juste se refaire une image à peu de frais, on le pousse vers l’abîme de l’incertitude.

Raoul HOUNTONDJI

Related posts

Mode : Du 100% tissu béninois, du 100% Kanvo, du 100% Lolo Andoche, le film de l’ouverture d’un showroom à Cotonou

Venance TONONGBE

Recrutement de 1600 agents de santé: Prorogation de la date de dépôt des dossiers

Venance TONONGBE

“Den’sônu”, le nouveau single de Faty disponible !

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire