lamétéo.info
Société

Bénin: Des enseignants d’anglais, d’espagnol… recrutés pour le français, un recul historique

Comme une traînée de poudre, la nouvelle a inondé les réseaux sociaux et ce, à la surprise générale de nombre d’observateur du système éducatif béninois. Désormais, des aspirants au métier de l’enseignement préalablement retenus pour enseigner l’anglais, l’histoire-géographie, l’espagnol… vont enseigner le français. Quel recul donc!

Si pendant de nombreuses années, cela a été une norme dans le système éducatif béninois où les titulaires du Brevet d’Aptitude au Professorat de l’Enseignement Secondaire (Bapes) pouvaient enseigner plusieurs disciplines, les choses ont beaucoup évolué ces dernières années. La spécialisation est devenue une exigence dans le sous secteur de l’enseignement secondaire et l’on ne saurait donc aujourd’hui s’accomoder d’une telle mesure. Cela paraît d’autant plus absurde que depuis le régime Yayi, mêmes les sociologues, psychologues et juristes qui avaient encore le privilège d’enseigner le français ont été sortis du système.

Des enseignants d’anglais, histoire et géographique…recrutés pour enseigner le français au Bénin

Alors, si le régime actuel revient sur ces avancées alors même que le test des aspirants avait été interdit à ceux qui ne détiennent pas les diplômes des Lettres Modernes et Linguistique, il de bon ton qu’ on s’interroge sur la pertinence d’un tel retour à la case départ. Sauf erreur d’analyse, cette nouvelle disposition est une conséquence de l’improvisation qui a caractérisé le processus de recrutement des aspirants. Et il va sans dire que l’enseignement de la langue de Molière dans nos lycées et Collèges en sera fortement impacté. Car, avec la nouvelle approche d’enseignement de la discipline en vigueur, il est inimaginable que ces personnes parachutées dans cette sphère qui leur est étrangère fassent des miracles.

Le temps d’adaptation pour eux risque d’être assez long et les résultats à l’arrivée, peu probants. L’enseignement de qualité annoncé donc avec cette mesure de recrutement des aspirants en lieu et place des vacataires semble toujours se faire attendre et ce recul n’est pas pour arranger les choses. Quand pour la chasse, vous solliciter des moutons en remplacement des chiens de chasse, la partie de chasse est forcément perdue d’avance, à moins d’un miracle improbable.

Raoul Hountondji

Related posts

Bénin| Procédure simplifiée et liquidation automatique de la pension de retraite

Venance TONONGBE

«Ma famille» : Bohiri orphelin, “Mami” s’en est allée

Venance TONONGBE

Naturo-district Bénin : des spécialistes de la beauté s’engagent contre la dépigmentation

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire