lamétéo.info
Actualités

Achat de fournitures scolaires à Cotonou : comme si la rentrée n’était pas dans 3 semaines !

La rentrée scolaire aura lieu le 16 septembre 2019, soit moins de trois semaines de la reprise des classes. Nous avons fait le tour de la ville de Cotonou pour vivre l’ambiance de pré-rentrée scolaire dans les espaces de ventes des fournitures. Ici, libraires et autres vendeurs occasionnels ne comprennent pas que les parents ne viennent pas encore acheter le nécessaire pour l’école des enfants à quelques jours de la rentrée.

Point de vente de fournitures scolaires

Du quartier Saint-Michel où nous avons entamé notre tour de la ville en passant par Ganhi, Cadjehoun, Gbegamè, Maromilitaire, Sikècodji, Sainte Rita, Fifadji et Menontin, les espaces de ventes des fournitures scolaires sont nombreux. Dans chaque quartier, on en dénombre plusieurs, en dehors des librairies. Placés au bord de la voie ou devant des maisons d’habitation, ces espaces frappent d’abord par la qualité du décor et peut-on dire par le choix du personnel dont les jeunes filles plantureuses au sourire aguicheur.

A certains points, quelques jeunes garçons font aussi partie du personnel. Les livres, les cahiers, les sacs d’école et autres fournitures sont exposés de manière à attirer les parents. Sauf que les parents justement, se font désirer. A moins de trois semaines de la reprise des classes, ce n’est pas du tout la grande bousculade. Au contraire, les vendeuses se gênent à longueur de journée à se ronger les ongles et à compter les passants.

Point de vente sans affluence

Dans un point au quartier Gbegamey, quelques parents immobilisent leurs motos, demandent le prix d’un livre ou du sac et promettent de revenir.

Nous avons approché M. Daniel Amoussouga, parent d’élève qui a sa part d’explications face à la situation : « J’ai sept enfants qui sont dans les trois niveaux d’enseignement : primaire, secondaire et universitaire. Certains sont dans les établissements publics et d’autres dans le privé. La priorité pour moi c’est d’assurer d’abord leurs inscriptions avant de voir les fournitures. Puisqu’il y a certains à qui, il faut changer d’établissement. Mais je viendrai leur acheter des fournitures après, c’est incontournable ».

Sac d’école attend preneur

En attendant comme lui, les autres parents, les jeunes vendeuses et vendeurs dans les librairies et les espaces continuent de se gêner à longueur de journée. Tatiana, une étudiante recrutée à un espace de vente de fournitures étale son amertume : « Il reste moins de trois semaines et toujours pas de parents. Lorsqu’on ne voyait pas les parents au mois de juillet, cela pouvait se comprendre, mais à quelques semaines de la rentrée, c’est curieux. Mais je sais qu’ils viendront comme d’habitude dans les derniers jours ».

Des livres qui attendent acheteurs

C’est vrai que d’habitude les parents à chaque rentrée scolaire, accusent la situation économique du pays. Mais la rentrée scolaire à l’image de la naissance des bébés, n’est pas une situation brusque. Les parents ont souvent trois à quatre mois pour préparer la rentrée. Peut-être que c’est la culture de la dernière minute qui expliquerait cet état des choses. Si les parents qui exercent dans l’informel peuvent bénéficier des circonstances atténuantes, les fonctionnaires et autres employés du secteur privé formel ne font pas encore aussi des achats en fournitures scolaires. Eux à qui des banques offrent des opportunités de crédit scolaire.

Venance Tonongbé

Related posts

Rentrée scolaire : « Le Bénin n’a jamais atteint ce niveau d’approximation et d’improvisation », dénonce le journaliste Olivier Allochemé

Venance TONONGBE

Témoignage d’un ancien malade de la Covid-19 au Bénin: dédramatiser la Covid-19

Venance TONONGBE

Investiture du président Talon acte 2: La première dame ressort sa belle tenue africaine coiffée d’un “Tabla”

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire