lamétéo.info
Actualités

Médias-Afrique : “les Panafricaines”, la voix féminine de l’Afrique, porteuse de causes

Partager

L’Afrique en bandoulière, le forum des femmes journalistes d’Afrique, “ les Panafricaines”, né il y a un an au Maroc sous l’initiative du groupe de presse 2M, décide de porter au reste du monde, la vraie information sur l’Afrique, loin des clichés. Premier chantier: les questions migratoires. Jémima Catraye et Ariane da Silva, deux membres du forum ont livré aux journalistes béninois du club press “ Café Médias Plus ” le sens de leur engagement. C’était le vendredi 23 novembre 2018 à Cotonou.

Donner de la place aux femmes journalistes africaines attachées aux causes du continent et les défendre, voilà l’objectif que s’est fixée la radio 2M en initiant ce forum. « Nous n’allons plus rester noyer dans le même creuset que les hommes ou laisser les hommes seuls faire les choses et prendre le devant des choses. Nous avons également notre sensibilité à mettre en exergue », justifie Jémima Catraye, Directrice de la télévision nationale, Ortb, chef de la délégation du Bénin pour la 2ème édition des Panafricaines. « Les Panafricaines, ce n’est pas un réseau de femmes journalistes. Nous avons envie qu’on nous entende aussi quand il s’agit de prendre des décisions », renchérit Ariane da Silva, journaliste à l’Ortb et Panafricaine. Mais attention ! Madame Jémima Catraye précise: « Ce n’est pas une secte féministe. Nous avons des cops ( hommes) également pour nous accompagner parce que nous restons et demeurons Africaines et nous savons qu’en Afrique, rien de grand ne se fait dans un genre singulier. »

À droite, Jémima Catraye et Ariane da Silva à gauche
À droite, Jémima Catraye et Ariane da Silva à gauche

La migration africaine…

Avec les Panafricaines, l’époque des relais des clichés et autres stéréotypes sur les faits migratoires en Afrique alimentés par les médias occidentaux, semble désormais révolue. « La cause choisie cette année, c’est la migration parce que des gens pouvaient séjournaient 2 ou 3 jours sur notre continent et se permettre d’écrire sur nous, et nous, nous nous contentons de les relayer alors que c’est à nous de donner l’information à l’extérieur », déplore la directrice de la télévision nationale Ortb. Et d’ajouter: « Je crois que l’information réelle, la source la plus indiquée devrait être la nôtre. L’information devrait partir de nous. » Sa consœur Ariane da Silva est plus catégorique: « Désormais, ce ne sera plus les dépêches qu’on nous envoie que nous allons juste prendre et rédiger des choses sur la migration. Non! Nous-allons nous même chercher. »
Le ton est ainsi donné pour mener des actions médiatiques autour de la thématique “ la migration, une chance pour le continent, une responsabilité pour les médias”. La finalité est de créer l’agence “les Panafricaines” pour servir des “informations vraies” et vérifiée, liées au continent africain.

Logo du forum des femmes journalistes d’Afrique

La porte d’entrée chez les Panafricaines ?

C’est le travail effectué au quotidien par les professionnels des médias qui ouvre la porte du forum des femmes journalistes d’Afrique. En effet, tout part de leur engagement qui témoigne de la volonté de défendre les causes des Panafricaines. « Si vous vous sentez acquis à notre cause, vous pouvez vous approcher de nous et nous allons vous mettre en observation et pouvoir vous parrainer pour la prochaine rencontre. Mais déjà, vous pouvez vous inscrire sur nos différents réseaux sociaux( plateformes) », a indiqué Jemima Catraye, membre du conseil des sages des Panafricaines. Il faut signaler que le deuxième que le forum tenu à Casablanca les 26 et 27 octobre 2018, a réuni plus de 200 membres issus de 52 pays. Même si pour l’heure, “les Panafricaines” bénéficient du soutien financier du Maroc, ce forum reste et restera un forum de journalistes. « Ce n’est pas un forum de griottes. Chaque journaliste a le devoir de relayer l’information. Nous ne sommes pas le son de cloche du Maroc », a insisté la directrice de la télévision nationale du Bénin.

Venance Tonongbé


Partager

Articles similaires

Décès de Rosine Soglo : Candide Azannaï pose un acte en sa mémoire

Venance TONONGBE

Statue de Bio Guerra à Cotonou : Voici les raisons de ce choix selon le ministre José Tonato

Venance TONONGBE

Crise à la ‘’Renaissance du Bénin’’ : « Dans deux ans Léhady sera remis à ses parents comme ils le veulent », prédit Marc Okry, expert en Gouvernance

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire

You cannot copy content of this page