lamétéo.info
International

Visite de Macron à Ouagadougou : qui a dit que l’émotion n’était pas nègre !

C’est désormais évident que la négritude de l’émotion décrétée par Senghor nous restera collée à la peau comme l’odeur fétide d’un lieu d’aisance vieillissant. Décréter deux jours de vacances scolaires du fait de la visite du président Macron est un acte qui donne raison à Sarkozy qui pense que le “peuple africain n’est pas assez entré dans l’histoire.”

Quand Nicolas Sarkozy a fait cette déclaration en 2007 à Dakar, cela a entraîné une levée de bouclier sans précédent dans l’histoire. Seulement, avant lui, le poète président Leopold Sedar Senghor avait déjà reconnu que “L’émotion est nègre et la raison est Hélène”. Même si cette affirmation a heurté et continue d’heurter des sensibilités, il faut reconnaître que nous ne faisons rien pour corriger cette image de nous que Senghor révèle. Décréter deux jours de vacances scolaires en raison de la visite du président français dans la capitale burkinabée, est un acte qui ne rehausse pas l’image du peuple africain. On imagine mal Macron agir de la sorte si un président africain, fût-il le plus démocratiquement élu, devait effectuer une visite officielle ou d’Etat à Paris.

Emmanuel Macron, Président français

Alors, pourquoi lui accorder autant d’honneur au point de sacrifier deux précieux jours du calendrier scolaire déjà amputé par des semaines de grève ? Si nous voulons que les autres nous respectent, nous devrions éviter de prendre des mesures qui nous ridiculisent et nous infantilisent. Avec le niveau scolaire des élèves africains qui connaît une baisse vertigineuse, on ne peut se permettre de mettre ainsi en berne leur Éducation pour un fantasme présidentiel insensé. Sur ce coup-là, Kabore a été vraiment mal inspiré. L’école est une institution assez sérieuse qui ne doit pas être humiliée de la sorte pour faire plaisir à un président français qui montre assez de mépris pour le peuple africain. Il est temps que nous sortions de notre complexe d’infériorité légendaire en posant des actes moins empreints d’émotion. Au moins, ce serait déjà une façon de montrer que l’histoire a commencé par nous.

Raoul Hountondji

Related posts

Burkina – Évacuation sanitaire: le cas Djibril Bassolé doit faire école

Venance TONONGBE

Meurtre de Kim: l’aéroport va être nettoyé

admin

Affaire-Khashoggi : la justice s’en prend aux ânes de la cour !

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire