lamétéo.info
International

Zimbabwe : Robert Mugabe, de la Grâce à la disgrâce !

Ainsi donc, le doyen d’âge des chefs d’Etat de la planète, le si bien nommé Robert Mugabe, a été débarqué du pouvoir par la grande muette de son pays. Cette descente aux enfers de l’un des derniers vétérans des luttes indépendantistes en Afrique, marque la fin d’une odyssée héroïque, celle d’un homme qui est passée de la lumière à l’ombre de l’histoire politique de son pays. Il est vrai que cette énième fin de règne à l’africaine, n’a rien de nouveau sous le soleil. Des pseudo pères de la nation passés de la gloire à la déchéance, le continent en a déjà tellement connu que cela ne marque plus vraiment les esprits.

Pourtant, le cas Mugabe présente une singularité qui retient l’attention. Les dernières rodomontades du nonagénaire zimbabween ont certainement décidé ses anciens compagnons d’armes à le mettre à l’ombre pour épargner à l’Etat, ses crises de vieillesse dissolue. Que lui Mugabe, ait eu le bonheur de régenter le Zimbabwe trente sept ans durant la nuit, est une chose. Mais de là à œuvrer pour que sa femme, Grâce Mugabe, lui succède au pouvoir, est apparu comme l’offense de trop que le peuple n’a voulu accepter. Comme le dit si bien, un adage assez répandu chez les insoumis de tous bords : “On ne peut vénérer l’âne et en faire autant pour son anus”. C’est certainement en vertu de cet aphorisme que les militaires, révoltés par l’humiliante éviction du vice-président, ont cru devoir mettre fin aux agissements du vieux “Bob”. Cette singularité qui caractérise le cas Mugabe prouve que le leader de la ZANU-PF, le parti au pouvoir, ne possède plus tous ses sens. C’est aussi certainement face à l’incapacité de la rue et de l’opposition et de la société civile à s’organiser que l’armée a dû prendre les devant. Le calme après le coup est la preuve que le peuple qui détient la légitimité se retrouve parfaitement dans ce que fait l’armée.

Raoul Hountondji

Related posts

Côte d’Ivoire| Neutralité jusqu’à la présidentielle contre grâce présidentielle, ce que propose Ouattara à Gbagbo

Venance TONONGBE

Traite des migrants nègres en Lybie : À qui la faute ?

Venance TONONGBE

Coup d’État au Mali : “Ce peuple martyrisé n’est pas à l’abri des déceptions”, prévient l’écrivain Couao-Zotti

Venance TONONGBE

1 Commentaire

sosthene Amouzou novembre 19, 2017 at 6:18

Les chefs d’États Africaines qui pensent s’éterniser au pouvoir doivent comprendrent qu’il est temps de vite quitter les choses si non les choses finiront par les quitter dans l’humiliation .Mugabe Robert et les autres qui restes doivent comprendre mieux maintenant .
Regarder le cas de Yaya djamey ,Blaise compaore,et autres .
L’Afrique doit être libéré par c’est détracteurs .

Reply

Laissez un commentaire