lamétéo.info
Economie

Franc CFA : une monnaie n’est pas un président qu’on peut bouter dehors immédiatement

Juvence Babagbeto, directeur exécutif de Eagle vision institute

Que pensent les citoyens de certains pays africains qui ont leur propre monnaie du débat actuel entre les défenseurs et les pourfendeurs du franc CFA ? Voici l’avis d’un citoyen Ghanéen, administrateur financier dont le pays est souvent cité en exemple pour son independance monétaire contrairement aux pays qui utilisent le franc CFA, rencontré dans la capitale ghanéenne, Accra.

‹‹ On ne peut pas un jour, par décret, bannir le franc CFA. Parce que le jour où le CFA est banni, aucun bureau d’échange ne pourra accepter cette monnaie. Tout deviendra papiers, d’où il faut une phase de transition ››, conseille Juvence Babagbeto, administrateur financier, aux pourfendeurs du franc CFA.

Même s’il n’est pas contre l’option d’une monnaie commune à l’Afrique, il pense que le problème est mal posé et la cible est mal choisie. Pour lui, il faut s’attaquer aux causes qu’aux effets. ‹‹ Pourquoi s’attaquer au franc CFA qui est l’effet ? Pourquoi s’attaquer à la France qui ne veut que son intérêt ? Quel est le rôle de nos dirigeants dans le débat actuel ? ››, s’est interrogé Monsieur Babagbeto. Il prévient donc: ‹‹ Couper les branches d’un arbre, elles pousseront à la prochaine saison ››.

Pour mieux nous en convaincre, il donne l’exemple de Moïse dans la Bible : ‹‹ Lorsque le peuple de Dieu avait faim, il a mis la pression sur Moïse et non sur Dieu parce que c’est Moïse que le peuple connait. ››

En clair, la pression doit être dirigée sur les dirigeants africains d’une part et d’autre part, penser à l’après CFA immédiat.

Indépendance monétaire du Ghana mais…

Cidis ghanéens
Cedis ghanéens

À la question de savoir si le Ghana est fier de frapper sa propre monnaie, l’administrateur financier pense que si fierté il y a, elle est essentiellement politique. Selon lui, l’apparante stabilité technique dont bénéficie le franc CFA n’est pas le cas du Cedi ghanéen. En effet, en 2008, un (01) Cedi était l’équivalent de un (01) dollar. Mais aujourd’hui, il faut 4,4 Cedis pour avoir 01 dollar. Autrement dit, le Cedi a perdu sa valeur plus de quatre (04) fois ces dernières années. « D’un coup, le Ghanéen lambda a peur d’économiser son argent ››, explique Babagbeto. Mieux, il est quasiment impossible au Ghana d’acheter un article au même prix chaque trois mois compte tenu de l’inflation. ‹‹ C’est d’ailleurs pourquoi, certains ghanéens envient les pays de la zone CFA. Mais les politiciens préfèrent en faire un sujet tabou ›› avoue Juvens Babagbeto.

Venance Tonongbé

Related posts

Bénin – PME-PMI : vers la création d’un réseau d’affaires pour la pérennité des entreprises

Venance TONONGBE

Mivasocial, un géant des réseaux sociaux made in Afrique

Venance TONONGBE

Consommation de peau de boeuf : cancérigène et source de chômage

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire