lamétéo.info
Société

Après l’affaire Icc-Service, l’arnaque de collecte de l’épargne publique au Bénin défie toujours la loi

Des tontiniers et structures illégales de collecte d’épargne opèrent toujours, faisant de nombreuses nouvelles victimes, malgré la réglementation et le dispositif institutionnel mis en place dans le secteur de la micro finance: quelques années après l’affaire de placement d’argent de Icc-Service, le combat de la lutte contre la collecte illégale de l’épargne des populations est loin d’être gagné même si des efforts sont faits par des structures en charge de mener ledit combat selon une enquête du journaliste Jacques Boco.

“Plus d’une décennie après la crise financière Icc-Service au Bénin, il est difficile de vaincre l’hydre. L’arnaque se poursuit dans la collecte de l’épargne publique notamment la tontine” a soutenu Jacques Boco ce 15 mai 2020 dans une conférence de presse à la Maison des médias. Ce constat est la conclusion tirée d’une enquête intitulée “ Collecte de l’épargne publique au Bénin : L’arnaque défie la loi” publiée dans le journal “ Matin libre” dans le cadre du projet d’investigation dans les médias initié par la Maison des médias avec le soutien de Open society initiative for west Africa. Et ceci , “malgré les recommandations du Fonds monétaire international (FMI) qui, déjà mentionnait dans son Rapport de 2010 sur la crise, de restreindre la tolérance des pratiques financières informelles aux tontines traditionnelles de petite taille et ne faisant pas d’appel au public via l’affichage, puis d’interdire les appellations de nature publicitaire ou informative sur la place publique faisant état de tontines, épargne, prêts ou micro finance, hors les structures bénéficiant d’un agrément.”

Des confrères venus à la conférence de presse à la Maison des médias

Après le scandale Icc-Service portant sur 155,6 milliards de FCFA collectés auprès de plus de 150.00 victimes entre 2007 et 2010, trois entre autres faits illustratifs mais non exhaustifs, récents d’arnaque ont été présentés par le journaliste Jacques Boco.
Le premier date de décembre 2018 à juillet 2019, avec une ONG (SPP « Solidarité-partage-paix ») dont les responsables après avoir spoliés les populations du nord Bénin par des « offres ‘’tontine ordinaire ‘’, ‘’tontine rentrée’’ et ‘’tontine Tabaski”», ont disparu.
La deuxième arnaque a fait plus de 2000 victimes. C’est l’œuvre d’une “autre structure (Mcap) dont les responsables ont collecté illégalement les sous des déposants à Allada et Abomey-Calavi”, a révélé Jacques Boco.
Le dernier fait de son enquête concerne des tontiniers ambulants ou non qui disparaissent après avoir collecté de l’argent chez des populations.

Pourtant la réglementation est claire à encroire le confrère : “La loi 2012-14 du 21 mars 2012 portant réglementation des Systèmes financiers décentralisés, en son article 7 mentionne clairement qu’il faut avoir d’abord l’agrément avant de commencer par exercer.” “Le Csfasm, composé de plusieurs structures étatiques dont entre autres l’Anssfd, la Bef, la Centif, et qui s’occupe de la sécurisation du secteur financier à travers la veille permanente, l’identification et la fermeture des structures de collecte d’épargne et d’octroi de crédits, qui opèrent dans le secteur financier sans autorisation préalable du ministre des Finances, essaie de remplir sa mission. Mais tout n’est pas rose sur le terrain puisque des choses lui échappent à la base”, fait remarquer Boco en conclusion.  

Venance TONONGBE

Related posts

Best CEO AWARD culture et mode: Lolo Andoche commence 2020 en trophée!

Venance TONONGBE

Sextape Bénin: un organisateur de soirées chaudes filmait les ébats sexuels de ses clients

Venance TONONGBE

Bénin : Le Fi-Agri forme des experts géomètres à l’utilisation d’un GPS de dernière génération

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire