lamétéo.info
Société

Bénin_Musique : À Savalou, le Festival Zik Dodo révèle de jeunes pousses et honore des anciens

Tenu du 13 au 14 août 2019, le festival de musique urbaine Zik Dodo a mis en lumière une majorité d’artistes émergents et a célébré des anciens avec un hommage au groupe Afafa par le public Savalois.

Un public conquis par le spectacle !

« Le Festival Zik Dodo révèle les jeunes talents à la population de Savalou, honore les anciens d’une part et établit un pont entre les deux générations d’autre part. » Avec ces propos introductifs du concert, l’artiste Cruizédji, Armel Gnangnon à l’état civil, président de l’association culturelle Doudédji résume la spécificité d’un festival qui, depuis des années, met la lumière sur les nouveaux talents de la région des Collines en particulier et du Bénin en général.

En casquette, Cruizédji et le Dj de la soirée

La 7e édition qui s’est déroulée du mardi 13 au mercredi 14 août a fait encore plus que d’habitude la part belle aux jeunes pousses. Avec 70 % d’artistes émergents (un ou deux albums voire rien encore à leur actif ), le festival Zik Dodo 2019 a mis sur le podium une nouvelle génération d’artistes qui se met en place depuis un, deux ou trois ans dans le rap, la chanson, le rock etc.

Une génération prometteuse

Ayôdelé en live

En prise directe avec le public de Savalou, à la veille de la fête des ignames du 15 août, ces artistes se sont révélés comme les espoirs de la musique béninoise. De grandes vedettes en devenir, cette nouvelle génération a démontré au public qu’elle a absorbé beaucoup de musique des anciens, des rythmes endogènes et les a transformés avec originalité.

En communion avec le public savalois

La jeune Ayôdélé, finaliste de Prix Découvertes Rfi 2017 incarne avec brio ces jeunes pousses qui font rêver. À 22 ans, de son vrai nom, Gloria Lawson, percussionniste et chanteuse a fait dansé tout le royaume de Savalou, en duo avec son directeur artistique Edison Konfo à la guitare.

Nonstavo en démonstration

Sur scène, Nonstavo, un autre artiste de la nouvelle génération et natif de Savalou se révélant lui aussi à la fois sensuel et explosif, a enflammé la foule grâce à des chansons de son répertoire devenues l’hymne d’une génération de jeunes adolescents. À la suite de ces deux, d’autres jeunes talents comme Like Lion ont égayé le public.

Like Lion

Afafa et K-libr Volkaniq, deux groupes de l’ancienne génération à l’honneur

Afafa sur la scène

Une icône de la musique urbaine de l’ancienne génération, Afafa, fort d’une vingtaine d’années de carrière musicale et dont les tubes ont été scandés partout au Bénin et ailleurs.

Zagaza enflamme…

Le trio devenu duo après le décès d’un des leurs a livré une solide prestation sur scène. Et le public n’est pas resté indifférent. Il était venu honorer le groupe composé de Zagaza et Assido. « la raison de ma présence, à ce festival, c’est Afafa », s’époumone Olivier, un quadragénaire, cadre dans une banque de la place. Et même le public, en majorité plus jeune que le banquier donc habitué à la nouveauté et curieux de révélations a pourtant été transporté par les anciennes chansons du groupe qu’il a fredonné en chœur pour célébrer son parcours.

Un des  parrains séduit par Afafa !

Autre phénomène, le groupe K-libr Volkaniq a aussi partagé la scène avec la nouvelle génération. À la fin du spectacle gratuit qui a duré toute la nuit, ils se sont gentiment prêtés à une longue séance de photos après le public savalois qui a rivalisé d’imagination pour conserver un souvenir de ces anciens de la musique béninoise.

K-libre Volcaniq

Parrainé par messieurs Rodrigue Tchaou, Émile Kougbadi, Eustache Akpovi, Carnegie Gbaguidi et Gratien Kpadé, ce concert de musique urbaine est le second volet du festival Zik Dodo. Le premier s’était consacré à l’organisation d’une formation à l’intention des artistes, managers et acteurs culturels sur le développement des carrières et l’importance de l’identité culturelle, en janvier 2019. Par ailleurs, en présence de Mme Rose Dagba, représentant le Fonds d’aide à la culture, la soirée musicale a démarré par une minute de silence en la mémoire de l’artiste chanteur Béninois Yves Sedjro, disparu le 12 août dernier.

Venance Tonongbé

Related posts

Musique urbaine Bénin: L’Association Doudedji forme des ingénieurs de son à l’utilisation des instruments traditionnels musicaux

Venance TONONGBE

Conflits religieux: Pourquoi Dieu a le dos large

Venance TONONGBE

Idrissou Souley : « Patrice Talon ne m’a pas donné de voiture après ma marche de Parakou à Porto-Novo. »

Venance TONONGBE

Laissez un commentaire